ScourgeBringer – La preview sur PC

Catégories : Rogue Lite, Plateforme

Plateformes : Steam, Xbox Game Pass PC

PEGI : 3

Langues : Textes en français

Taille : 280 MO

Date de publication : 06/02/2020

  Développeur : Flying Oak Games

Éditeur : Dear Villagers

Disponible en téléchargement

 

ScourgeBringer sort en Early Acess le 6 février, il est donc normal que tout le contenu ne soit pas implémenté et des mises à jour régulières vont apparaître au fur et à mesure. Il est aussi à noter que j’ai testé le jeu sous sa version bêta 0.99 c’est à dire que ce ne sera pas exactement la version disponible à la sortie du jeu où différentes améliorations de gameplay et d’équilibrage seront apportées, notamment dans la difficulté et la disponibilité des objets de soin qui sont trop rares. D’ici la sortie finale du jeu, les développeurs ont prévu d’apporter au moins deux mondes, de nouveaux types de salles, la suite du lore, de l’équilibrage en concertation avec leur communauté qui est très écoutée. J’ai moi même pu discuter un peu avec eux et ils sont très sympathiques et n’hésitent pas à dire ce qui va suivre pour nous tenir au courant par rapport à certains bugs ou des améliorations futures.

Trois ans et demi après un très bon NeroVoider et deux ans après le méconnu Boo! Geedy Kid, Thomas Altenburger et Florian Hurtaut, les deux compères du studio français Flying Oak Games (cocorico) reviennent en force avec ScourgeBringer, un rogue like plateformer très nerveux qui mettra vos réflexes (et possiblement vos nerfs) à rude épreuve. Étant fan de rogue-like tel que Isaac ou Dead Cells et de plateformer tel que Celeste j’étais une cible privilégiée pour tester cette possible nouvelle pépite du jeu indé français. Voyons voir de quoi il en retourne.

&

ScourgeBringer commence sur une brève cinématique tentant de mettre en contexte le pourquoi du comment. Une machine monolithique gigantesque et inconnue est un jour sortie de nulle part et a fait des morts innombrables sans que personne ne puisse l’arrêter. Dans un monde au bord de la ruine, Kyrha, la guerrière la plus forte de son clan, est donc là pour mener une expédition visant à comprendre son but et à en venir à bout.

Le tutoriel commence doucement en vous présentant les différents éléments utiles à votre disposition et en vous mettant en situation pour mieux vous familiariser avec. En vrac vous pourrez donc double sauter, courir sur les murs et vous y accrocher à l’excès, dasher vers les ennemis, mettre des coups au corps à corps avec votre épée, mitrailler à distance avec votre robot mitrailleur dont vous pourrez changer l’arme plus tard et mettre un coup puissant (ou slash) pour étourdir les ennemis durant leur période de « vulnérabilité » (on reviendra sur ce slash).

Mais rien ne prépare à ce qui va arriver ensuite. Littéralement tout les monstres ce que vous allez trouver dans cette machine veulent votre mort, et ils la veulent vite, très vite, trop vite. Et on touche déjà l’un des aspect fondamental de ce jeu, il se joue à cent à l’heure. Une fois rentré dans une salle préparez vous à un combat musclé où il va vous falloir tuer deux vagues d’ennemis sans avoir de répit, un contact visuel et vous êtes cuits. Et autant dire que votre première partie risque de tourner court tant vous êtes lâché dans la nature sans trop savoir à quoi vous attendre. L’extrême mobilité de votre personnage est une composante importante du gameplay car c’est sur cette mobilité que vont se baser tous vos combats.

Le jeu est découpé en plusieurs dimensions (3 au moment de la release de l’Early Acess) chaque dimension ayant ses ennemis, boss, environnements et salles spécifiques. Le principe sera toujours le même, venir à bout des différentes salles, tuer le mini boss qui vous ouvrira alors la porte du boss du niveau (le juge) et tuer ce fameux juge pour accéder à un portail qui vous mènera à la dimension suivante, un peu à la Isaac mais sans mini boss. Vous pourrez trouver également deux salles spéciales à savoir une salle de pacte de sang qui vous permettra de choisir une amélioration puissante parmi les 3 proposées (une dizaine au total) mais également un magasin tenu par … Greed en personne. Ce magasin vous proposera toujours deux objets aléatoires et également une arme contre des gouttes de sang, chaque objet ayant un coup spécifique. Vous obtiendrez cette monnaie en tuant des ennemis au cours de votre périple. Tuer un mini boss ou un juge vous octroiera des objets, beaucoup de goutte de sang ainsi que des goutte de sang de juge, sésames ô combien précieux.

Votre première mort vous amènera à un endroit que vous risquez de voir souvent, une sorte de hub où vous pouvez trouver un arbre de compétence qui vous permettra de débloquer des bonus pouvant vous aider dans vos expéditions futures, grâce aux gouttes de sang de juge récupérées. Voici quelques exemples de ce que vous pourrez obtenir via ce biais : le fait de pouvoir renvoyer les projectiles avec votre slash, des points de vie supplémentaires, un compteur de combo pour gagner plus de sang, une furie. Au début deux branches de l’arbre sont disponibles et finir une dimension pour la première fois débloque une nouvelle branche. C’est ensuite reparti pour tenter de passer les différentes dimensions de ce dédale monolithique, jusqu’à votre prochaine mort bien entendu.

Si Kyrha va être dure à manier au premier abord et qu’il ne sera pas rare d’utiliser une touche en voulant en utiliser une autre ou de dasher dans le mauvais sens, c’est un bonheur de se mouvoir avec ce personnage et de virevolter dans tous les sens sans jamais toucher terre, une fois la maniabilité prise en main. Petit hic cependant le slash est une attaque forte qui fait peu de dégâts mais qui a la possibilité de sonner les ennemis vulnérables et qui est très importante. Il m’a fallu un petit moment d’adaptation et pas mal de coup pris pour comprendre comment l’utiliser. En effet un « ! » au dessus de la tête d’un ennemi est annonciateur d’un coup qu’il va mettre ou d’un projectile qu’il va tirer mais également une marque de sa vulnérabilité et c’est dans cette fenêtre là qu’il faut utiliser le slash pour le sonner. Il existe également une touche pour immobiliser le personnage que je n’ai découverte qu’en regardant dans le menu de contrôle en cherchant la touche pour déclencher la furie et qui est assez importante quand il s’agit de renvoyer les projectiles.

On ne va cependant pas se mentir, le jeu est assez difficile et votre progression globale sera assez lente. Après tout il s’agit d’un rogue lite et tout est fait pour vous empêcher d’avancer mais vous pourrez compter sur votre arbre de compétence et votre connaissance de plus en plus approfondie des ennemis et de leur pattern pour venir à bout des différentes dimensions, petit à petit. Il n’est pas rare de se dire qu’on a faire à un bullet hell tellement l’écran est empli de tirs, la meilleure façon de les esquiver étant de se cacher derrière les plateformes mises à votre disposition, tout en évitant les piques ou le poison au sol.

Parlons un peu de l’esthétique pixel du jeu. Je la trouve magnifique et très travaillée, on sent que c’est un vrai travail d’orfèvre dans certains détails, les ennemis sont variés et très reconnaissables. Chaque dimension a un environnement et une ambiance qui lui est propre, comme par exemple un zone empoisonnée avec des ennemis qui crachent des projectiles verts et des vagues de poison qui restent en suspension.

Coté audio, les sons et la BO sont composés par Joonas Turner qui a notamment travaillé sur Nuclear Throne et Broforce, l’ambiance musicale s’adapte à chaque zone mais aussi à la situation, passant d’une musique d’exploration calme à une musique presque métal dans les combats intenses. Les bruitages ne sont pas en reste avec un indicateur sonore clair quand un ennemi est sonné et d’autres qui collent parfaitement à l’action, chaque monstre ayant des bruits particuliers plutôt bien pensés et reconnaissables en combat, permettant de nous mettre en alerte instantanément.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris une claque pareille sur un jeu. Passés les premiers émois et les premières défaites qui peuvent faire pleurer du sang, c’est avec plaisir que j’ai relancé ScourgeBringer pour tenter de m’améliorer encore et encore et il est fort à parier que c’est un titre que je vais beaucoup poncer et dont je vais suivre l’actualité de très très près prochainement. Clairement une pépite indé qu’il serait dommage de louper si vous aimez les rogue like et les plateformers.

Très très prometteur

 

Test réalisé par Archibald sur une version offerte par Dear Villagers.

Merci à eux !

Une réflexion sur “ScourgeBringer – La preview sur PC

Répondre à Le roguelite indé ScourgeBringer reçoit une nouvelle mise à jour majeure – GamingNewZ Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *