ToeJam & Earl Back To The Groove! – Le test sur Nintendo Switch

Catégories : Aventure, Retro

Plateformes : Switch, PS4, Xbox One, Steam

PEGI : 7

Langue : Français, Allemand, Italien, Portugais, Espagnol,Anglais

Taille 1724,91 MB

Date de publication : 01/03/2019

  Développeur : HumanNature Studio

Éditeur : Adult Swim

Prix : 17,49€ en téléchargement

Site Web

 

Lorsque j’ai vu les premières infos concernant le retour de cette licence j’ai été très surpris. Je ne m’attendais pas du tout à voir réapparaître l’un des duos les plus étranges de la galaxie vidéo ludique. Ce jeu culte, qui s’est fait un nom sur Megadrive par deux fois, a su marquer une génération de joueurs grâce à son originalité et sa touche de folie. A l’époque la créativité avait encore son mot à dire en matière de jeux-vidéo, ce qui n’est plus trop le cas aujourd’hui, à quelques exceptions près.

Si vous avez connu le duo composé de ToeJam et de Earl, alors vous avez sans doute aimé partir à l’aventure sur fond de Funk et de Groove sur la 16 bits de Sega tout au long de ces niveaux zarbis. Peut-être avez vous tout autant aimé sa suite, en vue de profil, plus proche de CoolSpot que du premier épisode. Les animations étaient très belles pour l’époque, mais ToeJam & Earl in Panic on Funkotron avait trop rapidement mis de côté un gameplay intéressant. Enfin, vous avez sans doute ragé avec la version moderne de l’épisode III paru sur Xbox (la première du nom), avec son gameplay en 3D très éloigné de l’original, se rapprochant des jeux de plateformes de l’époque. Malgré certaines qualités, le jeu n’a pas su marquer sa génération comme ses prédécesseurs.

C’est développé par HumaNature Studios et Greg Johnson (co-créateur original) que Toejam & Earl: Back in the Groove! fait donc son retour en 2019 dans un opus reprenant trait pour trait le premier épisode de la Megadrive.
Ce come-back inespéré pour certains et complètement anodin pour d’autres débarque sur Switch tel un reboot après pas mal de galères durant la fabrication, au point qu’on n’y croyait plus trop.

Comme il y a 28 ans, il va y avoir de la casse…
Toejam et Earl accompagnés de Latisha et Lewanda (deux filles extraterrestres, elles aussi jouables) empruntent un vaisseau en direction de la Terre. Face à la planète, Toejam demande à Earl de mettre le volume des hauts parleurs à fond pour faire groover les terriens. Vient alors la boulette, confondant les boutons de couleurs, et surtout sur l’insistance de Toejam, Earl appuie sur le mauvais  et crée un trou noir au lieu de faire exploser les watts. Celui-ci aspire le vaisseau et ses occupant mais aussi la Terre. Sans trop savoir pourquoi, l’équipe se retrouve alors dans une machine à laver qui les recrache tous. Quant à elle, la Terre est divisée en de nombreux morceaux de tailles différentes avec des pièces de votre vaisseau disséminées sur plusieurs étages. A vous maintenant de partir à la recherche de ce qu’il reste de votre embarcation.

Votre mission récupérer les 10 pièces de votre vaisseau tout au long des niveaux (ou étages – zones – parcelles : rayez les mentions inutiles). Bien entendu cela ne sera pas aussi facile que cela en a l’air. Tout d’abord car certaines zones sont vastes et que ces dernières sont masquées tant qu’elles ne sont pas découvertes et enfin, vous allez rencontrer de nombreux terriens complètement bizarres et qui ne vous veulent pas que du bien. Pour être plus précis, certains vous proposeront de l’aide contre un peu d’argent alors que la grande majorité en voudront à votre peau d’alien. Des geeks, des fans, des policiers, des requins ou bien encore des diablotins chercherons à vous pousser, à vous photographier ou bien encore à vous tondre (!!!). Pour vous aider à progresser, vous aller pouvoir récupérer des cadeaux mystères, contenant divers objets. Certains augmenteront votre XP, d’autres vous permettrons de sauter plus haut, d’être invisible, ou bien même de voler. Si la plupart sont à votre avantage, d’autres objets sont bien plus vicieux, je pense notamment aux patins fusées difficiles à maîtriser, ou bien au panneau clignotant au dessus de votre tête signalant votre présence.
L’argent et la nourriture seront aussi important que les cadeaux éparpillés. Si les billets sont assez souvent cachés dans les arbres, les biens comestibles sont eux partout sur la map. Et attention, certains ne se mangent pas, soyez donc vigilant.
Après avoir fait le tour du niveau et trouvé (ou pas) une pièce de votre vaisseau, il vous faudra prendre un ascenseur pour accéder à l’étage supérieur.

Pour ce qui est de la durée de vie, les développeurs ont prévu de quoi vous occuper. En effet, le titre nous propose quelques modes de jeu différents. Le premier propose un mode fixe, décomposé lui même tout d’abord en un long tuto (10 niveaux) pour vous permettre de prendre la main, puis du jeu ‘normal’ avec un choix de difficulté variable. Plus de 20 niveaux sont au programme, soit plus de 2 heures de jeu si vous vous débrouillez bien. Suit alors un mode aléatoire avec des niveaux générés de façon… aléatoire, que cela soit concernant les bonus, les pièces du vaisseau ou bien la forme des niveaux.
Ce mode aléatoire est évidemment plus intéressant puisqu’il propose une aventure différente à chaque fois, avec des îles générées de manière procédurale, de même que l’emplacement des bonus et des pièces du vaisseau. Un vrai intérêt pour ceux qui ont l’intention de revivre l’aventure de nos aliens plusieurs fois.
Je n’oublie pas de vous parler du côté quelque peu RPG du jeu, en vous mentionnant l’XP de vos personnages. Plus vos petits chercheurs en herbe explorent du terrain, en débloquant les cases de la mini-carte, plus ils gagnent des points d’expérience. Une fois atteint un certain nombre de points, vous aurez la possibilité d’avoir une promotion. C’est un titre purement honorifique qui vous permet de faire tourner une roulette déterminant alors des bonus (augmentation de la barre de vie…). Vous recevrez également de l’XP lorsqu’une pièce du vaisseau sera découverte.

A noter qu’un mode coopération est aussi disponible à côté du mode solo. Le principe reste le même, avec une répartition des taches, puisque l’écran est splitté en deux. Outre la possibilité de jouer avec un ami en local, il nous est aussi offert l’opportunité de jouer en coop avec un inconnu qui passe. L’occasion se fera rare, autant vous le dire, du moins sur ce que j’ai pu tester.

Graphiquement ce nouvel épisode respecte au mieux son aîné paru sur Megadrive. Je n’ai franchement pas grand chose à dire, les images parlant d’elles mêmes. Les niveaux traversés sont peu variés. Désert, neige, la nuit… rien qui ne sort de l’ordinaire. Des maisons moches, des étendues d’eau, ou de glace, pas de quoi être émerveillé par ce qui complémente les zones. Les plus jeunes trouverons le choix artistique sans doute douteux, voir mauvais, car les personnages rappellent les dessins animés des années 90 tels que les Zinzins de l’espace, voire les Bidochons. Le respect de l’œuvre d’origine est pour le moins total. C’est plus fin, naturellement, et on oublie assez rapidement que l’on joue à un jeu datant de 2019. Il faut vraiment retourner voir des vidéos d’époque pour se rendre compte de la différence, car la mémoire est certes courte, mais elle est toujours sélective !


Côté bande son, pas de changement, le Funk est toujours présent. Même si cela sonne plus moderne que sur la bonne vieille Megadrive, je suis un peu déçu des musiques. Je m’attendais à beaucoup plus groovy. Cela sonne vraiment synthétique, un peu trop proche des vieux claviers genre Yamaha DX7 à mon goût. Il n’y avait pas moyen de demander à Fishbone de composer quelques titres ?

Remaster, suite, reboot, ToeJam & Earl – Back to the Groove est un peu tout ça à la fois. Ce qui est certain c’est que le respect envers le premier épisode de 1991 est total. Et c’est tant mieux diront certains.
Personnellement je n’ai pas grand chose à reprocher à cette mouture de 2019, si ce n’est peut-être une certaine rigidité dans les déplacements, ainsi que -comme dit plus haut- la bande son.
Malgré ses bons côté ToeJam & Earl – Back to the Groove reste un jeu destiné uniquement à ceux qui ont passé de bons moments sur l’original, les fans seront ravis et rassurés. Les autres -sauf les plus curieux-, devront passer leur chemin, car c’est un titre très spécial et les désillusions seront sans doute présentes.

PS: N’oubliez pas de sauvegarder fréquemment 😉

 

Test réalisé par C2ric sur une version offerte par l’éditeur.

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :