ARMELLO – Le test sur Playstation 4

Catégories : Stratégie, Plateau, Jeu de rôle

Langue : Sous-titres multilangues dont Français

Taille : 919,73 MB

Date de publication : 01/09/2015

  Développeur : League of Geeks

Éditeur : Soedesco

Prix : 19,99€ en téléchargement

17,99€ en boîte (sortie mars 2018)

 

 

ARMELLO est un titre peu orthodoxe à plusieurs niveaux. Pour commencer, il se classe dans une catégorie qui n’est pas répandue dans le domaine du gaming : celle des titres proposant un gameplay inspiré des jeux de plateau. Mais qu’est-ce donc ? Et bien tout simplement un jeu de société. Le fonctionnement d’Armello se rapproche donc d’un Jeu de Rôle tel qu’il se pratique dans les chaumières : des personnages, des situations, des univers et on brode autour de tout ça pour inventer une histoire souvent faite de combats et de magie. Sauf que présentement, on ne manipule pas de papier, de dé ou de figurines, tout se fait avec votre manette.

Ensuite, à la différence des jeux de rôles IRL qui mettent en scène des bipèdes de type homosapiens qui se frittent avec des monstres en tout genre, les personnages du titre qui nous intéresse aujourd’hui sont des bestioles munies de poils, de dents parfois pointues, bref, elles font partie de la faune de notre monde. Nos amies les bêtes sont les protagonistes de l’affaire.

Mais que se passe t-il donc au royaume d’Armello ? C’est le bazar ! Le Roi est un lion qui était parvenu à faire régner l’harmonie entre les clans. Loups, Rats, Ours et Lapins, tout ce petit monde vivait uni et sans histoire. Mais, il y a toujours un mais, un mal inconnu (le déclin) frappa le souverain et le fit devenir fou. Que faire ? Une seule solution : s’emparer du trône pour mettre fin à la tyrannie destructrice de ce roi qui oppresse le peuple. C’est ainsi que nos différents protagonistes vont, chacun à leur manière, tenter de ramener la paix dans leur royaume.

 

Concrètement, comment cela se passe ? Après un prologue visant à vous familiariser avec les mécaniques du jeu et avec les différents personnages, vous devrez évoluer sur un même plateau généré aléatoirement à chaque début de partie. Les 4 joueurs, enfin devrais-je dire les animaux, vont se déplacer de case en case, chacun ayant ses propres objectifs à atteindre pour l’emporter. Vous incarnez l’un d’entre eux, les 3 autres seront donc vos ennemis. De nombreuses cases vont vous imposer un combat, ou vous faire perdre des points de vie, ou encore vous faire bénéficier d’un bonus ou d’un objet. Les compétences des personnages de chaque clan sont différentes et un système de cartes déclenchant des actions diverses va permettre aux joueurs d’améliorer leurs statistiques ou bien de placer des obstacles sur la route de leurs adversaires. La stratégie et le calcul ont la part belle, il faudra vous adapter aux circonstances et tenir compte des compétences de votre personnage.

 

 

Votre but sera de rester en vie afin de parvenir le premier soit à tuer le roi (attention, tâche difficile, ses sbires et lui même sont balèzes), soit à obtenir la meilleure réputation possible afin de lui succéder une fois que le souverain sera terrassé par le déclin. Ceci dit, toute partie sera composée de 9 tours qui comportent chacun une phase diurne et une phase nocturne. Si aucun joueur n’a atteint son objectif, le neuvième tour verra le roi mourir et la partie prendra fin.

Voici une vidéo qui présente les 15 premières minutes de jeu :

Vous pourrez jouer en solo contre les IA, mais un mode multijoueur vous permettra d’affronter des adversaires en ligne. Il sera préférable de vous faire la main tranquillement en local avant de vous lancer dans le bain du multi, qui sait, vous pourriez tomber sur des joueurs expérimentés qui ne feront qu’une bouchée de vous. Point important à prendre en compte : la durée d’une partie. Elle est prévisible lorsque vous jouez contre les IA, mais peut grandement varier lors des sessions en ligne, en fonction des temps de réflexion de chacun. Aussi, pour le mode de jeu solo vous pouvez tabler sur 1h en moyenne, ce qui vous permettra de sortir votre plateau, heu pardon, votre manette dès que vous avez un créneau. Pour le multijoueur, il vaut mieux être prévoyant et caler plusieurs heures.

 

Comme vous l’aurez compris, ce jeu de société version jeu vidéo n’a pas de limite en matière de durée de vie. Comme ce bon vieux Monopoly, vous pourrez ressortir votre CD d’Armello quand le coeur vous en dit et en profiter lors de vos soirées de papa/maman ou papy/mamie gamer, jusqu’à la retraite et au delà. Enfin si, la limite sera la durée de vie de votre fidèle PS4 et de sa capacité à tenir 20, 30 ou 40 ans.

Le contenu du jeu est vaste, si la mécanique de base s’assimile rapidement, il va falloir du temps afin de bien maîtriser l’ensemble et d’en appréhender toutes les subtilités.

Il est probable que vous vous sentiez dépassé au départ, les informations arrivent en masse, à un rythme soutenu. L’expérience et la pratique seront vos amies.

 

L’univers est axé sur un thème Heroic Fantasy bien amené. La Direction Artistique est une réussite. Les designs sont beaux et fort bien réalisés, rien à redire sur le choix des couleurs. La variété et les détails des décors donnent un aspect chaleureux quoique parfois un peu chargé. Les différentes animations tiennent la route. Juste un petit bémol pour le visuel des personnages lors des combats durant les cinématiques hors plateau de jeu : ils sont dessinés, ce qui leur retire les détails de leur design si sympathique.

Côté sonore, c’est parfait ! Les compositions sont belles et sonnent juste, elles correspondent à l’ambiance recherchée. Aucune lassitude n’est à déplorer.

 

 

Une chose est sûre, la magie opère ! Une fois passés la surprise et l’aspect déstabilisant provoqué par moult informations qui nous arrivent de front, la maîtrise s’installe doucement et alors vient le plaisir et le challenge. On a vite fait de tomber sous le charme et d’enchaîner les parties afin de relever un défi qui sera systématiquement à la fois le même, à la fois différent, mais toujours surprenant, le hasard ayant aussi son mot à dire.

Cet aspect Jeu de Rôle qui prend vie sous nos yeux, les nombreuses subtilités et la tactique dont il faut faire preuve vont très certainement vous embarquer comme je l’ai été et ce pour une durée indéterminée, d’autant plus que vous pourrez étoffer l’expérience avec les contenus additionnels qui ont vu le jour.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Soedesco

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :