Genesis Alpha One – Le test sur Playstation 4

Catégories : Simultation, FPS, Roguelike

Plateformes : PS4, PC, Xbox One

PEGI : 16

Langue : Anglais

Taille : 4,85 MB

Date de publication : 29/01/2019

  Développeur : Radiation Blue

Éditeur : Team17

Prix : 29,99€ en téléchargement

 

Avec Genesis Alpha One, Team17 et Radiation Blue nous proposent un titre qui mélange les genres : Des mécaniques de jeu Roguelike, de la simulation, la gestion et l’amélioration du vaisseau sur lequel vous êtes embarqué, de la survie, le tout couplé à du FPS. La question que l’on peut se poser est de savoir si ce melting-pot va se perdre dans ses bonnes intentions : à vouloir en faire trop, le mieux devient-il l’ennemi du bien ?

Genesis Alpha One est surprenant, de par ses nombreuses possibilités et phases de jeu. Vous débutez par l’ajout de constructions sur votre vaisseau, qui consiste à placer 2 structures au bon endroit. Au fil du jeu, si certaines seront vitales, d’autres seront axées sur le confort et les loisirs, vous aurez ainsi la possibilité d’agrémenter et de créer les espaces de vie de l’équipage afin de combler les exigences de chacun. Dans le domaine de l’indispensable, une serre demandera toute votre attention, afin d’y gérer la mise en terre, la quantité et l’entretien des plantations récupérées durant vos expéditions et ainsi obtenir les éléments indispensables à la qualité de l’air. Cela vous permettra également d’adapter  la quantité d’air au nombre de passagers à bord.

Quant à elles, les cuves de clonage vous permettront d’utiliser la biomasse collectée pour dupliquer des humains et d’autres espèces, à condition de collecter suffisamment de matériel génétique. En plus de cela, vous pouvez également inclure des capacités extraterrestres dans un clone, afin de renforcer son intelligence, ses compétences ou encore pour lui attribuer une capacité spécifique.

En toute logique, il vous faudra des matériaux pour fabriquer les sections supplémentaires de votre vaisseau. L’affaire se complique, car certaines ressources s’obtiennent difficilement, notamment celles qui permettent de construire les générateurs qui alimentent les sections que vous souhaitez ajouter à votre embarcation. Vous disposez de deux moyens d’y parvenir, l’un consiste à utiliser un rayon qui attire des matériaux prêts à l’emploi, l’autre vous enverra explorer les planètes alentours.

Lors de ces expéditions, le danger va rôder, il sera nécessaire de placer tourelles et boucliers sur les planètes les plus hostiles, afin de pouvoir protéger les clones qui vont être envoyés au front à votre place et ainsi leur éviter la mort. Durant ces phases de jeu, vous incarnez l’un de vos clones, qui est un personnage fragile, en plus de ne pouvoir transporter qu’une quantité limitée de munitions. Les dites munitions doivent être fabriquées à l’aide de ressources spécifiques, qu’il faudra veiller à avoir toujours en quantité suffisante. Si le clone que vous dirigez est éliminé, vous vous retrouverez dans la peau d’un autre de vos doubles choisi au hasard, sauf si vous avez pris soin de configurer de quoi sélectionner vous même votre successeur. Vous perdez la partie si tous ont succombé.

Pour vous débarrasser des indésirables, vous disposez d’un arsenal composé d’armes variées à l’efficacité égale. Vos ennemis ont un design aux inspirations différentes, mention spéciale à celui qui a des points communs avec le célèbre Predator (Nico, si tu me lis…). L’exploration vous permettra notamment de dénicher de nouvelles armes, des améliorations, des ressources, qui feront toujours partie de votre inventaire si vous mourrez.

Une autre partie de notre affaire m’a clairement rappelé les mésaventures de Ripley (Sigourney Weaver) dans la saga « Alien ». Dans Genesis Alpha One, des saletés de créatures peuvent venir squatter sournoisement votre vaisseau et y pondre des oeufs. Si vous connaissez la série, vous comprendrez sans peine de quoi je parle et imaginerez l’invasion qui peut en découler. Les occasions de vous faire décimer ne viendront pas toujours de manière détournées, aussi, une structuration stratégique de votre embarcation pourra être utile, afin de réduire le temps de déplacement nécessaire vers les zones de front. Le danger viendra également des aléas de l’espace, imaginez les dégâts que peuvent faire des astéroïdes sur un vaisseau, ce qui pourra également engendrer la mort.

La encore, le titre mélange les styles. Les personnages semblent tout droit sortis d’une ancienne série de science-fiction, de par leur aspect étrange, alors que les environnements ne sont pas avares de finesse et de détails. L’interface austère (peu intuitive, soit dit en passant) et d’aspect vieillot contraste avec les graphismes plus modernes de l’intérieur du vaisseau et des décors. Les créatures relèvent le niveau graphique du titre, tout comme les effets visuels de belle qualité. Si l’ensemble est réussi, les quelques aspects moins engageants pénalisent la qualité globale de l’esthétique du jeu.

L’ensemble de la bande-son est de qualité et colle parfaitement à l’atmosphère et aux différentes séquences de jeu.

Si les différentes propositions du titre font le job et pourraient permettre de faire de Genesis Alpha One un excellent titre, quelques lacunes viennent entacher un tableau alléchant. Il serait possible de passer outre la difficulté liée au genre Roguelike, si seulement notre réussite dépendait beaucoup moins du facteur chance que de notre capacité à appréhender le jeu.

La combinaison des catégories est pourtant  intéressante, elles se marient fort bien et offrent un vaste panel de possibilités, qui peut sans conteste convenir aux amateurs de jeux complets aux mécaniques variées. Pourtant, de manière exceptionnellement subjective, je n’ai pas réussi à apprécier le titre à sa juste valeur, les points que j’ai considéré comme moins concluants ayant dépassé le reste.

Je suis cependant convaincue que Genesis Alpha One va trouver son public, car il n’en reste pas moins un jeu vaste, permettant une expérience riche, avec un potentiel large en matière de contenus additionnels.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Team17

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :