Mega Man 11 – Le test sur Playstation 4

Catégories : Action, Plateforme

PEGI : 7

Plateformes : Playstation 4, Xbox One, Switch

Langues : Audio Anglais, Japonais – textes Français, Allemand, Chinois traditionnel, Japonais, Anglais, Italien, Chinois simplifié, Espagnol

Taille : 1,98 GB

Date de publication : 02/10/2018

  Développeur : Capcom

Éditeur : Capcom

Prix : 29,99€ en téléchargement

24,99€ en boîte

  Et bien, le moins que l’on puisse dire c’est que ce 11ème opus s’est appelé Désiré ! 8 ans après la sortie de son prédécesseur, Mega Man 11 vient fêter dignement le 30ème anniversaire de la série -rien que ça-. Si vous êtes un fin connaisseur des jeux Mega Man et que vous attendiez une compilation remasterisée (ou non), ça ne sera pas pour cette fois-ci. Que nenni, dans cet épisode Capcom offre un jeu entièrement inédit, même si les joueurs de la première heure vont reconnaitre Mega Man 1er du nom en lui. Nous allons donc retrouver  notre protagoniste qui va en découdre avec l’incontournable Dr. Wily et les robots que ce dernier a méchamment rendu agressifs en utilisant une invention censée être morte et enterrée : le Double Gear.

  Le Double Gear est cette invention qui confère deux compétences aux robots, le Power Gear et le Speed Gear. Le premier décuple le potentiel de dégât tandis que le second attribue la capacité de ralentir le temps. Comme vous l’avez compris, notre Blue Bomber va utiliser le Double Gear afin de venir à bout de ses ennemis. Attention cependant, une barre de surchauffe est là pour vous rappeler que l’abus n’est jamais bon pour la santé : dépasser les limites vous sanctionnera d’une privation provisoire de vos capacités. L’utilisation des commandes en général et de cette capacité en particulier se révèle assez intuitive, ce qui représente une amélioration par rapport aux autres opus de la série, dont la prise en main était moins ergonomique. Le Power Gear se marie judicieusement avec les armes dont vous allez déposséder vos adversaires, tandis que le ralentissement de temps procure cette sensation grisante de toute puissance lorsque vous esquivez les tirs haut la main. Par ailleurs, le Speed Gear peut bénéficier d’améliorations que vous allez dégoter dans la boutique de l’ennemi de longue date du méchant de l’histoire : votre allié, le Dr Light. En outre, notre androïde bleu pourra compter sur le fidèle Rush, le robot canin créé par les 2 Docteurs devenus ennemis , afin de l’aider à progresser, notamment en vous servant de lui comme monture ou encore en l’utilisant judicieusement pour diverses actions. Grâce à tout ceci, vous êtes équipé et vous pouvez compter sur des items ou des modules d’amélioration en sus afin de répondre au challenge que représentent les niveaux de Mega Man 11. Certes le Double Gear est d’une efficacité redoutable, mais il ne se suffira pas à lui-même pour que l’expérience soit une promenade de santé. Ce jeu d’action et de plateforme à défilement latéral fourmille d’adversaires fourbes, de projectiles et de surprises qui mettront à l’épreuve vos réflexes et votre vivacité. Une fois votre série de niveaux complétée et le Boss vaincu, vous récupérez son pouvoir, ce qui vous amènera à en posséder de plus en plus au fil du jeu, que vous pourrez alterner en fonction de la situation.

  Il est évident que Capcom a souhaité rendre ce Mega Man accessible à tous styles de joueurs. De ce fait, aux difficultés incontournables Facile, Normal et Expert, vient s’ajouter un mode pour les débutants. Celui-ci facilite grandement la tâche, trop peut-être, supprimant en grande partie le challenge. Cependant, il peut s’avérer intéressant pour ceux qui voudraient découvrir la licence sans souffrir d’une quelconque difficulté et ainsi pouvoir se faire la main et se préparer en douceur à affronter les niveaux plus exigeants. Quant à lui, le niveau facile supprime les chutes mortelles, Blue Bomber est plus résistant et les ennemis le sont moins, mais les piques et autres joyeusetés font toujours autant de mal. Quant aux difficultés supérieures, vous y retrouverez l’ADN des jeux Mega Man, avec un challenge qui a fait leur réputation.

La structure du jeu est sans surprise, vous retrouverez plusieurs mondes composés de différents niveaux, un mini-boss à mi-parcours et un boss élémentaire de fin. Ceux-ci vaincus, l’aventure principale est bouclée, ce qui vous donne accès aux extras : galerie, classements en ligne et défis, déblocables pour certains. Ces derniers sont variés et consistent pour la plupart à remplir des conditions précises pour obtenir la victoire (enchaînement de combos, tirer ou sauter le moins possible, contre-la-montre etc).

Le contenu est assez vaste pour vous offrir plusieurs heures de jeu, qui viendront se multiplier si vous souhaitez expérimenter plusieurs niveaux de difficulté et tous les défis supplémentaires proposés. Ceci-dit, le temps passé va dépendre de votre rapidité à maîtriser les mécaniques du jeu, car une fois la prise en main pleine et entière réalisée, le générique de fin peut vite arriver, ce qui va être particulièrement vrai pour les habitués de la saga. L’ajout des défis est une réelle valeur ajoutée.

Le parti-pris de la direction artistique agit en la faveur du titre, apportant plus de modernité, tout en respectant les fondements de la licence. Ici 2,5D et Cel-Shading font bon ménage, tout est soigné, que ce soient les backgrounds ou les animations, en passant par les effets et la modélisation des personnages. Visuellement très réussi, il ne fait aucun doute que les plus nostalgiques du style NES ne pourront qu’apprécier le travail accompli. On peut cependant noter un manque d’équilibre dans la qualité des décors, certains sont un peu en dessous, l’exploitation des thèmes, déjà classiques, manquant d’originalité ou de détails.

La bande son est du même acabit, un mélange soigné de tradition et de modernité qui fait honneur au dynamisme du jeu et qui ne provoque pas de lassitude. Aucun reproche à faire à ce niveau, nos oreilles en sont reconnaissantes.

Blue Bomber n’a pas pris une ride et Capcom a également réussi à nous proposer un habile mélange entre les standards qui font de Mega Man une saga qui a marqué les 30 dernières années et une modernité qui va certainement convenir aux connaisseurs comme à ceux qui manient ce personnage culte pour la première fois. C’est fort, très fort de parvenir à concilier le tout, de nous proposer un jeu convaincant, dans lequel les anciens vont retrouver leurs marques et le plaisir de renouer avec le héros vêtu de bleu et les nouveaux joueurs vont découvrir avec plaisir la saga. Capcom n’a rien sacrifié sur l’autel d’une vague rétro parfois mal exploitée ou sur celui d’une course au réalisme qui aurait dénaturé la série. Ajoutez à cela un gameplay plaisant et l’arrivée du Double Gear qui apporte sa touche de nouveauté, nous sommes face à un opus qui laisse présager encore des années de succès à la saga. Les imitations n’ont qu’à bien se tenir, le big Boss, c’est définitivement Mega Man.  

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Capcom Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :