Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy – Le test sur Playstation 4

Catégories : Aventure, Simulation

Plateformes : PS4, Switch, Xbox One, PC

PEGI : 12

Langues : Anglais, Japonais, Français été 2019

Taille : 1,9 GB

Date de publication : 09/04/2019

  Développeur : Capcom

Éditeur : Capcom

Disponible en téléchargement

 

OBJECTION ! Qui ne connaît pas cette célèbre injonction qui, si elle est théâtralisée dans les fictions, fait partie intégrante de toutes les salles d’audience IRL ? Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy, nous invite à incarner un avocat qui va mener des investigations dans le cadre de 14 affaires d’homicide, toujours d’une manière alternant entre légèreté et sérieux, avec beaucoup d’humour, mais aussi à grand renfort de moult objections déclamées avec conviction.

Cette trilogie, qui reprend les premiers volets de la saga édités sur Nintendo DS/3DS, se voit dotée de quelques nouveautés à l’occasion de sa sortie sur consoles de salon et PC. Partant du postulat que toute série qui vaut le détour mérite de toucher un public plus vaste, nous allons voir si la proposition de Capcom remplit les conditions nécessaires pour faire de ce portage un succès.

Mister Wright est donc un jeune avocat qui débute par une affaire de meurtre au coupable tout désigné. L’intéressé assure être innocent, bien évidemment. L’affaire va se révéler être plus complexe qu’il n’y paraît et, afin de faire éclater la vérité, Wright va devoir tenir compte des preuves présentées, des témoignages et mener ses interrogatoires avec toute l’assurance possible – qui n’est pas optimale pour cette première affaire, il faut le dire -.

Ce schéma va se répéter durant tous les chapitres qui vont composer le titre, mettant en action notre protagoniste durant différentes phases. Les interrogatoires et l’analyse des preuves vont représenter les bases des séquences au tribunal, tandis que l’investigation sur le terrain sera le second axe du gameplay.

Formule incontournable de la série, ce mélange de propositions teinté de sérieux va cependant revêtir un ton plus léger qui fait tout le charme de la saga. En effet, Ace Attorney Trilogy est de ces jeux qui donnent la banane, entre les expressions des personnages, leurs traits de caractère affirmés et l’humour permanent, l’expérience se vit bien souvent sourire aux lèvres. Mention spéciale au premier accusé qui met efficacement dans l’ambiance.

Cette mouture du jeu original nous propose des suppléments qui, sans révolutionner le gameplay, apportent quelques améliorations. C’est ainsi que nous avons la possibilité de savoir si nous avons exploré tous les éléments possibles durant les phases d’investigation, nous permettant ainsi de vérifier si quelque chose est passé au travers des mailles de notre filet. De plus, une jauge nous indique quel est le degré de sincérité d’un témoin, car est-il utile de préciser que les bougres peuvent mentir. Enfin, une sauvegarde rapide fait son apparition, apportant sa touche de fluidité. Notez que vous avez une dizaine de save game data à disposition.

Vous avez bien exploré toute la zone

Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy a son style, qui n’est pas sans faire penser aux dessins animés des années 90, réalisé avec des formes simples, quelques traits et des nuances minimalistes. La direction artistique peut surprendre et face à elle, le ressenti est assez ambivalent. Je ne saurais dire si j’ai été gênée par le côté vieillot des graphismes ou si c’est justement ce qui donne tant de caractère au jeu. Après réflexion, j’opte pour la seconde proposition, sans compter que cette version sur grand écran bénéficie d’une définition améliorée.

Je suis moins emballée par la bande son. Rien à redire sur les musiques, il est difficile d’imaginer cette trilogie différemment. Ce sont les jingles et les bruitages aux sonorités sèches et brutales, un tantinet agressives, qui peuvent finir par rebuter. Quelques réglages ou choix plus radicaux peuvent donc s’imposer.

Actuellement, seuls les textes en anglais ou en japonais sont disponibles, mais, MAIS, MAIS, la localisation pour nous, les frenchies, est prévue cet été, à l’occasion d’une mise à jour. Une bonne nouvelle qui va permettre à tous de saisir l’humour des dialogues, mais c’est également un argument en faveur de la pertinence d’un nouvel achat pour ceux qui ont déjà expérimenté la série originale.

Vous hésitez encore sur le potentiel du titre ? OBJECTION ! Il n’y a aucun argument recevable allant dans ce sens. Bien sûr, si le concept ne vous séduit pas, la défense va se retrouver en fâcheuse position lors du contre-argumentaire, car si il y a bien des éléments qui ne se discutent pas, ce sont les goûts et les couleurs. Ceci-dit, subsiste une autre évidence : celui qui souhaite vivre une expérience haute-en-couleur, particulièrement fun et riche en surprises ne peut pas passer à côté de Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy. C’est rudement bien écrit et, en dehors d’une certaine répétitivité sonore, le titre réussit à ne pas être redondant. Une chose est sûre, que vous découvriez la série ou non, vous pouvez sans risque vous laisser séduire par le lissage graphique, par l’univers et le contenu, mais aussi par ces textes en français – qu’on aurait malgré tout espéré voir dès la sortie du jeu – qui vont élargir l’accès à toutes les subtilités humoristiques des dialogues et donner plus de confort de lecture.

Un titre rythmé et drôle unique en son genre.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Capcom

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :