Romance of the Three Kingdoms XIV – Le test sur Playstation 4

Catégories : Grande Stratégie

Plateformes : PS4, PC

PEGI : 12

Langues : Voix et textes en anglais

Taille : 9.92 Go

Date de publication : 28/02/2020

  Développeur et Éditeur : Koei Tecmo

Disponible en téléchargement et en boîte

 

Dernier né de la licence « Romance of the Three Kingdoms », ce quatorzième opus vient de nous arriver, bien longtemps après son frère ainé premier du nom, sorti en 1986 ! Cette série de jeux est l’adaptation d’un roman éponyme écrit au quatorzième siècle, qui retrace la période des trois royaumes dans l’histoire de Chine. Vous incarnerez les seigneurs se battant lors de cette guerre, et tenterez de revivre les évènements du passé.

&

La dynastie Han a besoin  de vous pour défendre et étendre ses terres. Vous serez propulsés à la tête de seigneurs et armées et vous aurez le choix entre la voie diplomatique, l’affrontement direct ou un subtil mélange des deux. « Romance of the Three Kingdoms XIV » propose de revivre des batailles historiques, ou complètement fictionnelles, au cours desquelles certains évènements issus du passé se déclencheront si vous arrivez à remplir certaines conditions. En jouant, vous vous rendrez vite compte de l’énorme travail qu’il a fallu fournir pour proposer un contenu aussi conséquent.

Votre officier devra parfois se battre en duel

En tant que novice, cet opus a été ma première expérience de la grande stratégie. Entièrement en anglais, cela a rendu l’initiation assez compliquée. Heureusement, des didacticiels sont proposés, ainsi qu’une sorte de foire aux questions disponible durant le jeu, même si avec un niveau moyen dans la langue de Shakespeare, vous vous sentirez énormément perdu à la sortie des didacticiels. En la matière, il n’y a pas de meilleur moyen d’apprendre qu’en faisant : un peu de curiosité et de patience feront malgré tout de vous un seigneur aguerri.

Au vu du temps nécessaire pour faire une seule partie, vous serez bien occupé

Comme évoqué précédemment, l’expansion sera votre but ultime et pour cela vous devrez recruter des officiers, qui vous permettront de développer vos territoires. Dans ces territoires, vous dépendrez de votre capacité à créer des ressources. Ces ressources se séparent en trois groupes : l’or, les marchandises et les troupes.  La gestion de ces dernières revêt une certaine subtilité, car vous devrez surveiller leur moral.  En outre, le recrutement des officiers est une part essentielle de votre aventure, car sans eux vous ne pourrez rien faire, un soin tout particulier doit être porté à ce pan du jeu.

Dans chaque territoire ou zone, vous aurez une ville à gérer, qui sera son centre névralgique. Dans cette ville, vous choisirez l’axe de développement de votre zone ou uniquement de votre ville, avec le gouvernement de zone et le gouvernement de ville, qui doivent être délégués à des officiers différents. Vous choisirez de mettre en valeur soit le commerce, soit l’agriculture, ou alors les baraquements pour les troupes, toujours dans cet objectif d’équilibrer et/ou augmenter vos ressources.

Il est temps d’élaborer votre stratégie !

Le gameplay se sépare en deux phases, la première qui est la phase stratégique, et qui vous permet de donner vos ordres, leur nombre étant restreint par votre niveau de noblesse. La seconde est la phase d’avancement où tous les officiers, amis comme ennemis, présents en jeu vont effectuer les ordres reçus, ce qui vous permettra de profiter de ce temps là pour garder un œil sur le mouvement des troupes adverses. A la fin du tour d’avancement, vous recevrez un rapport d’activité et des informations sur la balance de vos ressources (entrées, sorties).

Concernant vos ordres, ils seront tous disponibles dans un seul menu, qui vous permettra de vous occuper de vos officiers, de gérer la diplomatie avec les autres seigneurs, et de profiter d’une liste de coups bas disponibles pour vous donner un coup de pouce. C’est là également que vous pourrez consulter les conseils prodigués par vos officiers, et mettre en place l’administration complète de votre gouvernement.

Vous pouvez être au plus près de la bataille

Une partie peut durer particulièrement longtemps, alors je vous laisse imaginer la durée de vie de ce jeu, surtout en rajoutant la présence de trois niveaux de difficulté.

Vous trouverez les trois premiers didacticiels traduits – tant bien que mal – sur ce lien : https://youtu.be/eFDPuvfOwjk

Attention aux trophées, il vous sera impossible de savoir comment les obtenir car ils ne sont pas traduits du chinois au moment de l’écriture de ce test. Un patch sera appréciable.

Votre aventure sera le plus souvent accompagnée d’une musique qui ressemble plus à une musique de parc d’attraction qu’à celle qu’on pouvait attendre pour rendre l’ambiance de la Chine féodale. D’autres ressembleront beaucoup plus à ce qui correspond à un titre se déroulant à cette époque là. Il n’y a quasiment pas de voix, tout se passe à l’écrit, à part quelques onomatopées et petites phrases.

Les personnages sont présentés durant les temps de chargement

Concernant les graphismes, les menus sont bien lisibles. Les personnages sont dessinés pour les scénettes accompagnant le récit et arborent un design en 3D sur la carte. Pour mettre en place votre stratégie, vous aurez une vue de la carte complète, et vous pourrez zoomer pour être au plus près de vos troupes. Cet outil est appréciable car il est fluide, mais non présenté dans les didacticiels alors n’hésitez pas à utiliser le panneau des commandes pour profiter de toutes les fonctionnalités disponibles.

Malgré un choix de musique parfois étonnant, vous serez pris dans l’ambiance de Romance of the Three Kingdoms XIV, en particulier grâce au style graphique choisi. En outre, le gameplay ne sera pas un frein pour les néophytes, car s’il est en toute logique très accessible pour les connaisseurs, il le deviendra également pour les nouveaux-venus, après une période d’adaptation inévitable en cas de méconnaissance des jeux de grande stratégie. La pratique leur permettra ainsi de commencer à apprécier les propositions et de s’amuser au bout de quelques heures de jeu. Le gros hic vient de l’absence de traduction française : Si vous n’êtes pas du tout à l’aise avec l’anglais, je vous conseille de passer votre chemin, car la richesse du titre risque alors d’être très difficile à appréhender.

7/10

 

Test réalisé par Lynaua, merci à l’éditeur et Koch Media pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :