SNK HEROINES Tag Team Frenzy – Le test sur Playstation 4

Catégories : Combat, Arcade

Plateformes : Playstation 4, Switch

Langues : Audio Japonais – Sous-titres Français, Allemand, Japonais, Anglais, Italien, Espagnol

Taille : 14,37 GB

Date de publication : 07/09/2018

  Développeur : SNK

Éditeur : NIS America

Prix : 49,99€ en téléchargement

53,90€ en boîte version japonaise

 

NIS America a sorti le grand jeu en nous proposant SNK Heroines Tag Team Frenzy sur PS4. Il s’agit d’un jeu de combat qui met en scène les héroïnes de SNK. On relève plusieurs styles de demoiselles allant de la femme bien sexy à la petite minette de 14 ans, qui d’ailleurs dénote par rapport à ses pulpeuses consœurs. Les messieurs sont servis, des boobs, des tenues qui parfois dévoilent tout ou presque, avec autant de féminité et de sexappeal, il y a de quoi se rincer l’œil.

Dans le mode histoire, nous retrouvons un des personnages SNK : Kukri, qui a décrété qu’il pouvait enfermer des jeunes filles et les obliger à se battre. Elles vont devoir faire équipe pour tenter de s’échapper. Ce scénario minimaliste est un simple prétexte à ce qui fait l’essence de cet opus : du fight entre des personnages féminins emblématiques du studio SNK, avec une présence marquée de la série King Of Fighters.

Une fois sur le menu, vous avez le choix entre différentes catégories, notamment la personnalisation des personnages, le mode histoire en VS contre l’IA de service ou contre un(e) partenaire de chair et d’os, le mode combat en local ou en ligne.
Concernant le système de combat, il est le même quel que soit le mode pour lequel vous optez, vous choisissez 2 personnages dans la liste proposée, une combattante et une supportrice qui vous soutient depuis le background en attendant son tour. En effet, vous pouvez passer de l’une à l’autre durant le combat, afin de mettre dans l’arène une nana toute fraîche, ayant potentiellement un niveau de Stamina (jauge de coups spéciaux) à bloc. L’adversaire aura lui aussi l’opportunité de choisir ses deux guerrières. Toutes possèdent une barre de vie pour deux, le but est de la descendre dans le rouge afin d’effectuer le coup final appelé « Dream Finish ». Tant que le coup n’est pas accordé, le match ne prendra pas fin, néanmoins si sa vie tombe à zéro, vous aurez l’opportunité d’achever votre adversaire suite à un étourdissement de celui-ci. La stamina se régénère légèrement en combat si on reste inactif, mais se régénère plus vite quand le second personnage est au bercail avec sa petite chorégraphie pour vous encourager et vous lancer les objets ramassés sur le ring. On note deux catégories d’objet : ceux de support ou ceux de gêne, qui, comme leur nom l’indique, servent à mettre des bâtons dans les roues de vos adversaires.

On compte 14 héroïnes de la série que nous pouvons incarner comme nous le voulons et les customiser à notre convenance via l’argent gagné en combat. Chaque gazelle a la possibilité d’acquérir 3 costumes coûtant entre 1000 et 3000 pièces, de changer les accessoires ainsi que sa voix contre un peu de monnaie. L’argent monte assez vite si vous remportez des victoires.
Une fois le mode histoire bouclé, nous n’obtiendrez rien, ni personnage jouable supplémentaire, ni costume, nada. La seule satisfaction sera de battre cet agaçant boss et de pouvoir recommencer autant que vous le voulez.

Les combats du mode du même nom et du mode en ligne ne diffèrent que par la possibilité de jouer… en ligne et à deux en coopération. Dans la catégorie combat, nous avons le VS, la survie et les entraînements et dans la partie en ligne, nous avons les matchs rapides, en session et possibilité de visualiser les directs. En termes de durée de vie, il n’y a donc pas de limite. Quant au mode histoire, nous pouvons estimer le temps de jeu approximativement à 30 ou 45 minutes, si vous ne vous faites pas laminer par l’IA en un temps record. On notera des affrontements faciles en dehors de celui du boss qui est plus coriace. Ce seront 7 combats à remporter pour cette section, pas de quoi casser 3 pattes à un canard, les joueurs qui attendaient un mode histoire plus développé seront déçus.
Enfin, abordons le charisme du « grand » méchant, on ne peut pas dire qu’il en soit particulièrement fourni, il a plus l’attitude d’un petit macho pervers de 16 ans qui pousse des jeunes filles à se battre. Mais je n’en dirais pas plus, hormis le fait que l’histoire est nettement moins profonde qu’un Soul Calibur. Notez que ce boss a le mérite d’être légèrement comique, à défaut d’être impressionnant.

Les graphismes sont beaux, très colorés, avec un esprit animé typique des productions nippones. Les héroïnes sont le reflet des fantasmes japonais comme nous pouvons trouver dans les très suggestifs ecchi, de quoi satisfaire la gente masculine. La modélisation des personnages est à la hauteur et le souci de leur donner des mouvements particulièrement exagérés accentue encore le style film d’animation issu du Japon qui sont connus pour exacerber les effets visuels et vocaux de leurs protagonistes.
L’audio du jeu est en japonais, avec des sous-titres au choix dont le français. Nous retrouvons, pour les amateurs d’animés provenant du pays du soleil levant, les célèbres voix typiques des shôjo, très aigües et enfantines. La bande son est digne de ce genre de manga dans sa version animée, avec ses onomatopées habituelles auxquelles viennent s’ajouter les gloussements et cris divers des combattantes.

 

Le jeu est typique d’un VS, nous retrouvons les mêmes possibilités que ceux du même genre déjà sortis. La différence qui démarque le titre est d’avoir des personnages féminins typiques des animés japonais et dans le cas présent assez caricaturaux. Le gameplay se rapproche de celui que l’on peut trouver dans d’autres licences telle que Streetfighter, en plus accessible au vu du peu de coups et de combos disponibles. Ceci dit, cette simplicité est plus désavantageuse qu’autre chose, il n’y a pas d’innovation et le tout peut s’avérer lassant. SNK Heroïnes conviendra à celles et ceux qui cherchent à voir des nanas se battre dans ce style visuel typique, qui apprécient la présence du mode en ligne et bien sûr pour la licence SNK, mais aussi aux personnes à la recherche d’un jeu de combat simple à aborder.

Test réalisé par Edwina sur une version offerte par NIS America

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :