The Escarpists Complete Edition – Le test sur Nintendo Switch

Catégories : Stratégie, Simulation, RPG

Plateformes : Switch, PS4, PC

Langue : Français

Taille : 477,10 MB

Date de publication : 25/09/2018

  Développeur : Mouldy Toof Studios

Éditeur : Team 17

Prix : 14,99€ en téléchargement

 

L’avantage que nous avons avec l’engouement de nombreux studios pour la Nintendo Switch, c’est de voir débarquer d’anciens jeux réédités et accompagnés de l’intégralité de leur DLC, pour finalement un prix tout à fait convenable -lorsque l’on y pense. Alors si en plus cette réédition est la préquelle d’un jeu qui a plutôt bien fonctionné, pourquoi se priver !? C’est sans doute ce qu’on du se dire les Boss de Team17, après avoir gavé de DLC, jusqu’au trop plein, les utilisateurs de The Escapists premier du nom.

Ne m’en voulez pas, je n’ai pas joué au second et je découvre la licence avec cet épisode intitulé Complete Edition, puisqu’il contient l’intégralité des DLC des versions passées, présentes sur PC et PS4.

L’histoire est très simple, puisqu’il n’y en a pas. Vous êtes un prisonnier tout à fait lambda (vous pourrez choisir votre avatar avant de rentrer dans le vif du sujet), dans une prison et vous devez en sortir en usant de moyens variés.
Dit comme ça, on tient là un jeu possédant une multitude d’options et une durée de vie infinie ou presque, puisqu’il est à la fois un jeu de stratégie et de simulation mais est aussi de type bac à sable, puisque tout ou presque vous est permis.
Creuser des tunnels, voler des objets, discuter et marchander avec vos potes de cellule, stocker des objets dans les toilettes voilà une petite partie des possibilités que vous offre The Escapists. Les idées sont nombreuses et il vous faudra posséder une profonde expérience pour espérer sortir de prison. N’ayez pas peur de l’échec, car cela va vous arrivez fréquemment, du moins dans les premières heures de jeu et cela pour deux raisons. La première est simple, le tutoriel ne nous apprend presque rien. Soulever un bureau, utiliser un tournevis, frapper un garde et prendre sa tenue, sortir et voilà tout. En 5 minutes c’est plié, alors que dans la première prison où vous êtes envoyé, il y a bien plus à faire que ces pitreries de voleurs à la semaine. La seconde c’est que dans votre évasion, tout peut bien se dérouler sans accro durant un long moment et capoter tout à la fin, vous vous faites prendre, vous obligeant à tout reprendre à zéro ou presque. Frustrant. D’autant que prison après prison, la difficulté augmente en vous supprimant des avantages que vous pensiez acquis.
C’est seulement avec le temps et une fois que vous aurez assimilé le mécanisme du fonctionnement interne de la prison où vous êtes incarcéré, que vous allez pouvoir préparer votre petite évasion.

Ruser, discuter, et gagner de l’argent seront vos priorités. Le petit esprit RPG apporté à The Escarpists est très intéressant, car il est lié à ce temps qui s’écoule. Il faut s’occuper, mais ce que vous faites vous permet de progresser. Les sessions de sport par exemple vous permettent d’être plus performant lors des phases de bagarre, les sessions de temps libre vous permettent de fouiller les chambres de vos voisins pour y récupérer les objets qui vous seront utiles par la suite ou pour gagner de l’argent.  Le jeu n’est que ‘blocs’ qui s’emboîtent les uns dans les autres vous permettant au final de vous évader. C’est pour cela qu’il ne faudra pas oublier quoi que soit dans la mise au point finale de votre sortie, sinon…
Collecter un maximum d’objets peut s’avérer être aussi très important, car ils sont souvent demandés. N’hésitez pas à aller à la rencontre de vos codétenus pour des quêtes.

La durée de vie du jeu de Mouldy Toof Studios est assez élevée pour ceux qui aiment prendre leur temps et bien peaufiner la chose. Prison Break ne s’est pas fait en 3 épisodes, je le rappelle. D’autant qu’il y a un nombre de prisons assez important grâce à la présence des DLC. Et puis on peut le cas échéant essayer de s’évader de plusieurs façons différentes. Je pense qu’à ce niveau les concepteurs du jeu on su faire preuve de bon sens en multipliant les possibilités offertes. Pour les fanatiques de speedrunning, il y a sans doute moyen d’expédier l’aventure carcérale assez rapidement.

Personnellement je me suis un tantinet ennuyé durant les parties que j’ai pu réaliser. Le court tutoriel qui ne nous apprend pas grand chose, n’aide pas à apprécier le réel potentiel du jeu, car nous sommes en quelque sorte jeté dans la fosse aux lions sans trop savoir quoi faire. Est-ce important de faire ce qui est demandé ? Il semblerait que non. Après tout on est bien installé dans cette prison où nous sommes nourri, logé, payé à distribuer des lettres ou à faire la lessive. La belle vie.
Il y a pourtant tant à faire dans cet univers carcéral, tant de personnes à rencontrer, à aider (ou pas), tant de prisons à découvrir et tant d’idées à trouver pour pouvoir monter le plan d’évasion parfait… Mais rien à faire, je suis resté hermétique à tout ce potentiel qui m’était offert.
The Escapists Complete Edition est clairement destiné à ceux qui ont apprécié le deuxième volet de la série. Quant aux curieux et peu patients, méfiance…

Test réalisé par C2ric sur une version offerte par Team 17

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :