Deep Diving Simulator – Le test sur PC

Catégories : Simulation, Aventure

Plateformes : PC

Langues : Audio Anglais – Textes intégralement en Français et 11 autres langues

Taille : 5 GB requis

Date de publication : 27/05/2019

  Développeur : Jujubee S.A.

Éditeur : Jujubee S.A.

Disponible en téléchargement

Deep Diving Simulator nous vient du studio Jujubee et, si le titre peut laisser penser qu’il s’agit d’un simple simulateur de plongée sous-marine, il s’avère que le jeu à autre chose à offrir. Il s’agit avant tout d’une aventure scénarisée possédant une dimension éducative au sujet de la préservation de nos océans et de leur faune. Ici, pas de monde ouvert, vous êtes guidé à travers les fonds marins et devez remplir des missions.

Les premières minutes de gameplay

Vous incarnez un plongeur au service du professeur Adam. Il vous demande de plonger afin de récupérer des objets et trésors, mais aussi d’intervenir pour le bien être des animaux marins et autres mollusques, tout en nettoyant les lieux.

Notre plongeur va commencer son aventure sur le pont de son embarcation, qui fait office d’interface dans laquelle figurent, entre autres, son level, la quantité d’objets récoltés etc. Chaque plongée va débuter ici, suite à un laïus au sujet de la préservation de la vie marine. Elle va impliquer de réaliser des tâches spécifiques, leur réussite permettant d’une part de gagner des points d’expérience (gagner des niveaux offre de meilleurs équipements) et d’autre part de débloquer la zone suivante. En effet, le jeu va être composé de 10 zones aquatiques, toutes comportant des limites symbolisées par une ligne rouge. Ces limites entravent la liberté d’explorer et rompent l’immersion, mais l’objectif de Deep Diving Simulator semble plus axé sur le jeu que sur la simulation pure.

De ce fait, outre les missions basées sur la recherche d’items, le protagoniste va également être confronté aux habitants marins, essentiellement pacifiques et ayant besoin de soins. Mais les orques et les requins attaqueront systématiquement, ce qui nécessitera de se défendre. J’admets avoir un regret au sujet des requins, car Deep Diving Simulator se veut réaliste et présenter ces habitants des mers comme des êtres agressifs et meurtriers entretient le mythe du requin mangeur d’homme. Rétablir la vérité aurait été bienvenue compte tenu de la vocation éducative du titre.

En dehors des potentielles attaques, le plongeur va devoir également veiller éviter le danger représenté par les oursins, les méduses et autres, mais également surveiller son niveau d’oxygène. Le temps passé sous l’eau implique une baisse de ses réserves, qui peut être partiellement compensée par la récupération de coquillages redonnant quelques secondes de répit. Le taux de compression doit aussi rester à un niveau acceptable. De plus, chaque collision avec l’environnement ou les créatures à proximité fera baisser le temps d’oxygène disponible de 4 à 100 secondes ! Quoi qu’il en soit, en dehors d’un potentiel écueil de départ dû à un manque d’expérience, il est relativement simple de gérer correctement ces paramètres et pour sauvegarder votre progression et / ou sauver votre personnage de la noyade il suffit de remonter à la surface.

J’ai vraiment apprécié l’aspect informatif et éducatif du titre. Couplé à la diversité des environnements, cela atténue le côté répétitif du gameplay, qui consiste essentiellement à chercher et récolter des items et des trésors. Jujubee a souhaité apporter une touche d’action via les prédateurs marins qui viennent entraver la progression du plongeur et nécessitent de jouer du couteau ou de placer quelques projectiles, tout en utilisant l’art de la roulade aquatique (prévue dans les commandes), mais à mon sens le jeu aurait pu s’en passer sans souffrir d’une baisse d’intérêt. Cette possibilité va certainement attirer ceux qui cherchent un peu d’adrénaline mais rebuter ceux qui apprécient la balade maritime de Deep Diving Simulator. Pour ces derniers, il est toujours possible d’éviter les affrontements en restant le plus loin possible des potentiels agresseurs. En fonction de votre envie d’explorer, comptez entre 10 à 15 heures de jeu, voir plus si vous souhaitez visiter les moindres recoins de chaque zone.

Configuration requise indiquée sur Steam :

Minimale :

    • Système d’exploitation : Windows 7/8/10 64-bit
    • Processeur : 3,2 GHz Dual Core
    • Mémoire vive : 8 GB de mémoire
    • Graphiques : GeForce GTX 670, Radeon R9 380 ou équivalent avec 2Go de RAM vidéo
    • Espace disque : 5 GB d’espace disque disponible
    • Carte son : compatible DirectX

Recommandée :

    • Système d’exploitation : Windows 7/8/10 64-bit
    • Processeur : 3,2 GHz Quad Core
    • Mémoire vive : 8 GB de mémoire
    • Graphiques : Pour résolutions QHD/4K et RV : GeForce GTX 1080, Radeon RX Vega avec au moins 6Go de mémoire vidéo ou équivalent
    • Espace disque : 5 GB d’espace disque disponible
    • Carte son : compatible DirectX
    • Notes supplémentaires : SSD pour de meilleures performances de chargement

Concrètement, Deep Diving Simulator est un titre peu gourmant qui n’a pas mis en difficulté un PC disposant d’une petite configuration. Je n’ai rencontré aucun bug ou lag notable, l’optimisation est vraiment très correcte.

 

Ce qui marque de prime abord, c’est la qualité de la retranscription des sensations qu’on imagine ressentir lorsque l’on pratique la plongée IRL. Ajoutez à cela la qualité des graphismes dont le rendu est plutôt réaliste et une bande son très agréable, l’ensemble de l’expérience est immersive. Les environnements sont variés, allant de fonds marins où la végétation foisonne, à l’épave de bateau pirate, en passant par des zones polluées ou bien encore un vaste décor inspiré du mythique Atlantide.

Et, notez que les textes sont intégralement traduits en français, rendant ainsi Deep Diving Sumulator accessible à tous les non anglophones.

Je dois dire que Deep Diving Simulator est une excellente surprise. Mariant exploration d’environnements détaillés et réussis,  à une expérience scénarisée instructive et agréable, quoi que légèrement répétitive, l’ensemble de la direction artistique et de la bande son vient compléter agréablement l’aventure. Seules les attaques de requins agaçantes et contraires au message que porte le jeu sont venues entacher mon expérience, mais elles seront appréciées par ceux qui cherchent du rythme et de l’action. Quoi qu’il en soi, l’immersion dans ce monde sous-marin a été des plus sympathiques et l’envie du studio de se pencher sur la question de la Réalité Virtuelle est prometteuse.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Jujubee S.A.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :