Dreams – Le test sur Playstation 4

Catégories : Outil de création, Aventure

Plateformes : PS4

PEGI : 12

Langues : Audio et textes en français

Taille : 2,61 GB

Date de publication : 14/02/2020

  Développeur : Media Molecule

Éditeur : Sony Interactive

Disponible en téléchargement

et en boîte

 

Dreams. Un titre évocateur, la promesse de penser, imaginer, créer, réaliser  nos rêves vidéoludiques, avec un outil accessible à tous. Voici ce que l’équipe du studio Media Molecule nous propose, Dreams est une invitation à nous lancer, nous les néophytes, dans le développement de jeux vidéo. Il s’agit là d’un projet ambitieux, très ambitieux : créer un logiciel qui va permettre à monsieur et madame tout-le-monde de faire ses armes dans cette aventure somme toute assez intimidante, semblant inaccessible et réservée aux seuls initiés, qu’est celle du développement.

Les créateurs de Dreams nous ont réservé une entrée en matière presque magique et onirique, par le biais d’un tutoriel simple mais efficace, tant il est à la fois accessible et plaisant à parcourir. Arrive ensuite le moment du premier choix, différentes options d’exploration se présentant à nous, dont la possibilité d’aller expérimenter les créations des autres joueurs. Pour ma part, j’ai fait le choix qui me paraissait le plus logique : me diriger vers le Dreamiverse – le lieu qui centralise toutes les créations –  afin d’arpenter le mode solo élaboré par Studio Molecule et voir ainsi ce que Dreams avait dans le ventre. Ce furent trois heures de pur bonheur et la promesse d’un outil de création aux vastes possibilités.

&

Intitulé Art’s Dream (ou Le rêve d’Art), cette mise en bouche a bénéficié d’un grand soin et démontre brillamment le potentiel créatif de l’outil. Cette aventure narrative nous transporte dans l’histoire d’un musicien jazzy nommé Art. Nous y traversons des environnements pétris d’imagination et d’idées, qui nous permettent d’expérimenter un panel de mécaniques bien huilées dans des genres différents, afin de faire la démonstration du champs des possibles offert par Dreams. Le choix des sons qui nous accompagnent est magistral et soutien à merveille cette aventure pleine de mélancolie et d’humour, qui aborde également des thèmes qui donnent une belle profondeur à l’ensemble. A lui seul, Art’s Dream justifie qu’on se procure un exemplaire du jeu.

Nos débuts dans Dreams et son mode solo

Bien des talents ont déjà pu brillamment s’exprimer grâce à l’outil Dreams. Le Dreamverse foisonne de créations d’excellente qualité, faisant ainsi du titre un puits sans fond de jeux à explorer, pour un nombre d’heures infini. On sent l’expertise et l’imagination sans limites dont certains font preuve et lorsqu’on choisit de confier au hasard la direction de nos pérégrinations, il est possible de tomber sur des pépites fondées sur des thèmes inattendus, surprenant par leur originalité, leur concept, ou même l’utilité et l’ouverture sur le monde qu’elles revêtent. 

Si vous n’avez pas choisi de commencer par là, vient alors le temps de se frotter à l’expérience créative proposée par Dreams. Une première volée de tutoriels particulièrement simples nous apprend quelques bases, toujours avec ce même esprit ludique et plaisant. S’ajoutent à cela des vidéos de la série “comment faire”, indispensables pour tous ceux qui veulent se lancer dans des projets avec une certaine envergure. Enfin, au nombre de quatre, des tutoriels plus profonds viennent compléter le pan explicatif de Dreams. Le point commun entre toutes ces propositions, c’est qu’elles sont accessibles et claires, jamais rébarbatives.

Nos premiers tutoriels

Si Media Molecule a gagné le pari de la vulgarisation du développement de JV, nos débuts peuvent être chaotiques, dans la mesure où il va falloir à la fois mémoriser les différents duos commandes – actions mais aussi trouver le style qui nous convient. En effet Dreams prend en charge la fonction détecteur de mouvement de la manette, ce qui a été une surprise pour moi. Habituée aux joysticks sur Playstation 4 et aux gyroscopes des différentes manettes de la Switch, j’ai été déstabilisée de découvrir cette possibilité et surtout de l’utiliser Dualshock en main. Quoi qu’il en soit, le choix de commandes reste personnel et à expérimenter en direct, afin de constater quelle méthode – full joysticks ou non – vous permet le plus de précision possible.

Mais Dreams ne s’arrête pas là. Il se peut que vous soyez dépassé par une complexité qui va aller crescendo, au fil de l’ambition de vos projets, ou même découragé par vos échecs, inévitables lors de vos débuts. Si ceux qui ont déjà expérimenté LittleBigPlanet vont être favorisés, ayant déjà un aperçu de la manière dont doivent être reliés les éléments entre eux afin d’obtenir les interactions souhaitées et que le sentiment de progression est constant, la frustration peut être bel et bien là. Aussi, le titre permet de profiter de modèles fournis par Media Molecule ainsi que des réussites des autres pour élaborer son propre jeu : Il est possible d’utiliser l’intégralité d’une création et la modifier à sa sauce, ou bien de piocher parmi les nombreux éléments mis à disposition par la communauté. Vous ne parvenez pas à façonner une chaise et à lui donner l’aspect et la couleur voulus ? D’autres ont certainement placé sur le serveur un élément qui va correspondre à ce que vous avez imaginé. Libre à vous de l’utiliser tel quel ou de le remanier.

Vous n’avez pas la fibre musicale ? Différents sons peuvent correspondre à ce que vous recherchez. A contrario, Dreams peut réveiller un talent caché, ou vous permettre de mettre à contribution un don connu. Vous maîtrisez la réalisation d’un feuillage, ou vous savez composer des morceaux de musique ? Vos talents peuvent ainsi beaucoup apporter aux créations des autres membres de la communauté Dreams.

Vous en rêviez, Media Molecule l’a fait. Parfois, le résultat n’est pas à la hauteur des ambitions d’un studio, mais dans le cas présent, Dreams atteint ses objectifs haut la main. Entre vulgarisation du développement de jeux vidéo et expérimentation des créations qui fourmillent dans un catalogue en constante évolution, le titre a été pensé dans les moindres détails. L’équipe a réussi à créer un outil accessible, qui se veut ludique malgré une certaine complexité et surtout, ou chacun peut s’épanouir, quel que soit son degré de compréhension, le temps à disposition et là où il place le curseur en matière d’investissement personnel dans les diverses propositions. D’une durée de vie infinie et offrant des expériences aussi variées qu’intéressantes, Dreams se pose là et entre dans le panthéon des jeux aux concepts uniques, mettant en exergue les talents, l’altruisme et le partage. Du grand art.

Test réalisé par Midnailah, Merci à Playstation France et Julien Bourey.

%d blogueurs aiment cette page :