Langrisser I et II – Le test sur Playstation 4

Catégories : RPG, Stratégie, Aventure

Plateformes : PS4, Switch

PEGI : 12

Langues : Voix en japonais, textes en anglais

Taille : 3,45 GB

Date de publication : 13/03/2020

  Développeur : Chara-Ani Corporation

Éditeur : NIS America

Disponible en téléchargement et en boîte

 

Voilà deux titres qui auront eu bien du mal à nous parvenir alors qu’on parle ici d’une licence qui existe depuis 1991 au Japon. Nous avons le droit de fêter ça avec la sortie d’un remaster des deux premiers numéros dans un bundle. Je veux bien sûr parler de la licence « Langrisser », qui est l’objet de ce test.

&

Dans « Langrisser I », Ledin, le Prince de Baldea, échappe de peu à l’invasion de l’Empire Dalsis sur les terres d’El Sallia. Son père ayant été tué dans la bataille, il cherchera un moyen de le venger et de reprendre une arme très dangereuse que sa famille protégeait : l’épée Langrisser, dont le pouvoir est illimité.

Dans « Langrisser II », des siècles après la guerre de l’épée sacrée, Langrisser est devenue un mythe, rien d’autre qu’un conte de fée. Elwin et Hein, deux voyageurs, s’arrêtent à Salrath. Au beau milieu de la nuit, le village est attaqué par l’Empire Rayguard. Ils semblent chercher quelque chose, ou plutôt quelqu’un, une jeune fille du nom de Liana.

Ainsi commencent vos nouvelles aventures.

Les héros de Langrisser I

Les héros de Langrisser II

« Langrisser I et II » se présente sous une forme d’enfilade de combats. Vous n’évoluerez pas librement entre ces chapitres (un chapitre = un combat). Vous aurez seulement accès à un menu qui vous permettra de préparer vos commandants, d’accéder à la boutique, de bénéficier d’un rappel de l’histoire et de pouvoir gérer vos données de sauvegarde.

La préparation de vos commandants consiste à les faire évoluer sur un arbre de compétence, leur allouer des équipements et leur activer ou non certaines capacités en fonction de vos besoins. Comme vous le remarquerez assez rapidement, la préparation post-combat est aussi importante que le combat en lui-même.

Les dialogues entre les personnages feront avancer l’histoire

L’arc scénaristique vous sera présenté sous formes de dialogues entre les personnages pendant les combats. Avant le démarrage des hostilités, vous pourrez choisir les types de mercenaires à embaucher pour chaque commandant, et le placement de vos troupes. Le choix des mercenaires se fera en fonction du type de rôle de vos commandants, et aussi de l’argent que vous avez en poche car ce n’est pas gratuit. Il faut savoir que tous ces mercenaires auront leurs propres statistiques d’attaque et de défense, ainsi que des caractéristiques uniques. Cela permet de vous adapter à votre terrain. Vous pourrez laisser le jeu vous les proposer automatiquement, mais petit à petit, vous ferez vos choix par vous même.

Le menu inter-combat vous permettra de gérer votre équipe

Une fois arrivé sur votre terrain de jeu, vous devrez déplacer vos troupes sur des cases en fonction de vos capacités de mouvement. Si vous êtes déjà bien placé vous pourrez plutôt leur faire utiliser leurs attaques, physiques ou magiques. Il faut savoir que chaque case contient un type de terrain qui peut vous donner des avantages ou désavantages, aussi bien en position de défense qu’en position d’attaque. Certains désavantages pourront être annulés par les caractéristiques uniques de certaines de vos unités, aussi bien commandants que mercenaires. Certains terrains seront bien évidemment impraticables et vous obligeront à les contourner. Globalement, tous ces principes sont simples et rapides à appréhender.

Attention aux terrains sur lesquels vous allez évoluer

Ces jeux surfent parfois avec l’ennui car les étapes sont assez redondantes.  Par contre, ils se rattrapent avec les différents scénarios proposés en combat, et par la variété de personnages et les différents mercenaires. Je ne vous conseille par de le faire d’une traite mais plutôt de l’étaler par petites sessions régulières, chapitre après chapitre. Ce sera plus confortable et moins répétitif. Si vous perdez un combat, vous conserverez l’expérience et l’or acquis, ce qui vous permettra de revenir plus fort, et aussi avec une autre stratégie. Il ne faudra pas se décourager, c’est aussi pour ça que de jouer en petites touches sera plus bénéfique.

Les textes sont entièrement en anglais, mais avec une base dans cette langue et un bon dictionnaire, vous devriez vous en tirer.

Vous pourrez voir un échantillon de « Langrisser I » sur ce lien : https://youtu.be/4oVQz_rzsDI, la mécanique étant similaire pour le II.

Cette version remasterisée est réussie graphiquement. De plus, vous trouverez l’option qui vous permettra de switcher sur l’ancienne version très facilement et à tout moment. Les développeurs ont fait un vrai effort là dessus et ont bien pris en compte le fait qu’on ait de grands écrans, c’est tout à fait confortable.

L’ambiance sonore est riche, et le choix des musiques est étonnant. On est là sur du rock entrainant, et les titres sont variés, c’est à dire que l’impression de redite dans les musiques n’arrive pas.

Malgré un gameplay facile à prendre en main et des personnages hauts en couleur, ces titres n’arrivent pas forcément à nous emmener dans un enthousiasme énorme. Ils sont pourtant agréables à regarder et les musiques participent beaucoup à la qualité de l’ambiance. L’absence de langue française ne vous empêchera pas d’apprécier ces titres sauf si, évidemment, vous n’avez jamais été au contact de la langue anglaise ou de toute autre langue proposée dans les options. Comparé à un Fire Emblem, ces jeux vous nourriront beaucoup moins. Par contre, ils seront parfaits pour les joueurs occasionnels qui cherchent une première approche des jeux de rôle tactiques.

7/10

 

Test réalisé par Lynaua, merci à l’éditeur et Koch Média pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :