MotoGP 20 – Le test sur PC

MotoGP 20

Catégories : Simulation, Course

Plateformes : PC, Switch, PS4, Xbox One, Google Stadia

PEGI : 3

Langues : Français, Anglais, Italien, Allemand, Espagnol, Portugais

Taille : 22 MB (pour la version PC)

Date de publication : 23/04/2020

  Développeur : Milestone S.r.l

Éditeur : Milestone S.r.l

Disponible en téléchargement

 

Après plusieurs années en dents de scie, la licence MotoGP essaie de répondre au mieux aux attentes des joueurs. Suite à une édition 2018 ratée, principalement à cause de son manque de contenu, Milestone a redressé le guidon avec MotoGP 19. Essayons maintenant de prendre la température de cette édition 2020 et ainsi voir si l’éditeur parvient à garder sa machine droite et ne pas finir dans le bac à gravier dès le premier virage.

&

Pour commencer, le jeu est très technique. Si c’est votre première expérience dans les courses de moto typées simulation vous pourriez être frustrés rapidement. Même avec des règles assouplies, des IA en difficulté facile et toutes les aides au pilotage activées, le jeu vous donnera du challenge. Moi-même passionné de jeux de course avec des véhicules à quatre roues, mes premiers pas sur MotoGP 20 furent hésitants. Mais avec du temps même un novice peut apprendre à dompter sa moto et les circuits. MotoGP 20 étant le jeu officiel de la vraie compétition MotoGP je pourrai aussi vous conseiller de vous renseigner sur cette dernière. En tout cas persévérez et vous verrez que la conduite d’une moto de course pourra vous donner beaucoup de plaisir.

Milestone continue sur sa lancée en termes d’améliorations apportées au gameplay. Dès les premières heures on peut sentir que les courses possèdent une vraie dimension stratégique. Côté physique, ce MotoGP 20 est encore plus poussé que son prédécesseur. L’éditeur mise sur une jouabilité plus technique et dépendante des capacités de pilotages.

C’est grâce au mode carrière et au « mode manager » qui fait son grand retour  que le joueur pourra profiter au maximum de ces améliorations. La carrière permet au joueur de ce glisser dans la peau d’un pilote fictif et de grimper les échelons jusqu’au plus haut niveau. Si dans la forme le championnat reste classique par rapport à l’opus 2019, c’est le fond où tout cela se bonifie. Effectivement cette année le joueurs aura accès à une flopée d’améliorations pour sa machine (aérodynamique, électronique, puissance du moteur, consommation de carburant…). Ces dernières sont possibles en dépensant des points de développement ou en assignant du personnel de R&D (Recherche et Développement). Le mode manager vous permettra de gérer votre carrière comme vous le souhaitez. Le joueur aura la possibilité de recruter du personnel qui influencera sur la chance de décrocher la signature de nouveaux contrats, notamment sur les sponsors lorsque l’on créé sa propre team. Et comme expliqué plus haut, recruter un staff technique pour agir sur les performances de sa moto. Si le joueur décide de signer avec une équipe déjà existante, là aussi des nouveautés sont apparues. Le joueur aura la durée de son contrat ainsi que ces objectifs à atteindre, le montant de son salaire et les différents bonus. Ces gains d’argent permettent de s’acheter de nouveaux équipements mais aussi de recruter des mécaniciens de meilleure qualité.

Outre la carrière, le jeu dispose du mode historique. Dans ce dernier trois défis vous seront proposés, chaque défi ayant son niveau de difficulté (facile, intermédiaire, difficile). En terminant ces courses dans les trois premiers vous gagnerez un certain nombre de points. Bien sûr la première place rapporte le plus de points et le défi difficile rapportera lui aussi plus de points que le défi facile.

Au début vous n’aurez accès qu’à quelques pilotes et écuries mais vous aurez la possibilité de dépenser vos points dans le marché historique pour en acquérir plus.

Troisième et dernier mode solo proposé dans ce MotoGP 20, les modes rapides. Ceux-ci vous proposent de prendre part à un championnat, un grand-prix ou du contre-la-montre. Cinq catégories de moto sont à votre disposition. Vous pouvez jouer avec votre propre pilote ou les pilotes officiels. J’ai personnellement pratiqué ce mode là pour m’entrainer sur les différents circuits avant de me lancer dans le mode carrière.

Pour terminer, allons faire un petit tour du côté du multijoueur. Dans cette partie l’opus propose d’affronter vos amis ou d’autres joueurs du monde entier. Un système de salon est mis en place pour personnaliser votre session de jeu.

Dernier point sur le contenu du jeu : la personnalisation. Je dois dire que Milestone ont mis le paquet sur cette édition 2020. Au premier lancement du jeu, ce dernier vous demandera de créer un pilote avec différentes informations à fournir (nom, nationalité, âge, type de visage…). La combinaison de votre pilote est personnalisable de mille et une façon tout comme votre moto. Et pour vous rendre unique, un système de création de divers éléments (casques, autocollants pilote, stickers moto…) est disponible. Vous avez même la possibilité de personnaliser le placement de votre corps par rapport à votre machine dans les virages.

Passons rapidement sur la partie son, comme la quasi majorité de jeux de courses, les musiques sont seulement présentes dans les menus. Par contre un point sur la sonorité des motos : le résultat rend assez bien. On peut entendre une vraie différence de son suivant la catégorie des machines.
Concernant les graphismes, l’opus 2020 souffre des mêmes soucis que son prédécesseur. Les motos, les pilotes et les circuits sont très jolis mais par contre l’environnement autour des circuits est vraiment pauvre et graphiquement très en retard. D’autres titres font bien mieux au niveau des environnements avec le même moteur graphique : L’Unreal Engine 4.

MotoGP 20 réussit comme l’opus précédent à répondre à l’attente de sa communauté en se dotant d’un jeu solide, tout en apportant de la fraicheur. La carrière reste classique mais de nouveaux petits éléments viennent se greffer pour coller au plus proche de la réalité. Le pilotage renforce son côté simulation et stratégique. Les environnements souffrent encore d’un retard graphique mais le reste est très joli (attention, il faudra une très bonne machine pour pousser les graphismes à fond). Je jeu s’adresse aux joueurs ayant un minimum de connaissance du MotoGP même si avec de la patience et de l’entrainement un néophyte pourra dompter sa moto.

7/10

Test réalisé par Didjock, merci à Milestone et Warning Up pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :