Night Call – Le test sur PC

Catégories : Aventure narrative

Plateformes : PC, mobile, Switch

Langues : Interface et sous-titres en Français et en Anglais

Taille : 2 GB requis

Date de publication : 17/07/2019

  Développeur : Monkey Moon, Black Muffin

Éditeur : Raw Fury

Disponible en téléchargement

 

Simulateur de taxi parisien, Night Call est le fruit de l’alliance entre deux studios indé’  français basés à Lyon, Monkey Moon et Black Muffin. L’idée est originale mais l’on se rend rapidement compte, après quelques courses, qu’il est surtout une critique de notre société. Un jeu très politique donc, pari risqué alors que le pays où se déroule ce dernier est sous tension.

Dans Night Call on incarne un chauffeur laissé pour mort par un tueur en série surnommé le Juge. Le scénario démarre sur les chapeaux de roues, ce qui est assez déstabilisant. On ne connaît pas le nom de son personnage, on devine juste aux détours des dialogues avec certains passagers qu’il est d’origine maghrébine et qu’il vit sous une fausse identité. Rapidement, une policière utilisera cette situation pour vous faire chanter et vous forcera à travailler pour elle dans le but de trouver ce fameux tueur, justifiant votre double casquette de conducteur/enquêteur.

Le taxi driver effectue des courses de nuit jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Lors de celles-ci, vous pourrez entreprendre diverses actions, comme faire le plein de votre véhicule lorsque vos différents trajets auront vidé son réservoir, mais aussi vous rendre sur des lieux d’intérêts, qui vous permettront parfois de dégoter des indices sur votre enquête. Gérer votre planning est essentiel car chaque action, même optionnelle, telle que lire le journal ou écouter la radio, feront passer les minutes et réduiront le nombre de courses que vous pourrez effectuer.

Les courses sont l’élément central du gameplay. Vous interagissez avec un panel très divers de personnes aux idéaux et aux motivations variées, allant du couple de lesbiennes qui se plaignent des moeurs de leur futur donneur de sperme à l’avocat musulman qui a décidé de défendre un terroriste en passant par une militante pro-migrants. Heureusement que des petites touches d’humour sont aussi de la partie, avec certains passagers particulièrement loufoques (mention spéciale à la femme qui monte dans votre taxi sans véritable destination). Vous les écouterez, beaucoup, mais pourrez aussi donner votre avis quant à leur situation et leurs choix de vie (tout en restant dans les clous de la bien pensance), ce qui aura des conséquences sur votre enquête : l’avocat avait par exemple oublié un dossier dans la voiture et j’ai choisi de ne rien lui dire, ce dossier s’est transformé en indice pour mon investigation. Les courses permettent non seulement de gagner de l’argent, mais aussi de glaner des indices, qui seront utilisables à la fin de votre nuit. En effet, avant de vous coucher, une table avec les indices trouvés (qu’il faudra étudier) et un tableau récapitulant les personnages importants rencontrés vous attendront. Comme je le disais, avant d’être utilisables, les indices doivent être étudiés et cela coûte du temps. Aussi, il sera important d’opter pour ceux que vous jugez les plus importants en premier. Vous ne pourrez en décrypter que 2 ou 3 en moyenne avant un repos forcé. En revanche une fois ceux-ci analysés, les déductions se feront automatiquement, réduisant tout challenge quant à l’issue de l’affaire.

Au lancement du jeu, vous pouvez choisir entre différentes enquêtes, la difficulté s’en verra modifiée. N’ayant testé le jeu que dans le mode de base, je ne peux donc pas me prononcer concernant les autres. A cause d’un mauvais équilibrage du gameplay (censé être réglé, je l’espère, par un patch avant la sortie) et malgré la multiplication des courses, je perdais de l’argent chaque jour ce qui m’a fait subir un game over au bout de la 6ème nuit et après plus de 3h de jeu. Il m’aura fallu quelques heures, sans compter ma première partie avortée, pour terminer la 1ère enquête, une durée de vie solide donc pour un titre vendu à 19,99€ sur Steam.

A noter qu’il existe la possibilité de remplir le passidex, une activité facultative, mais surtout beaucoup trop fastidieuse. Ce pokedex version passager, demandera de transporter tous les clients possibles afin d’être complété mais aussi plusieurs fois les mêmes clients dans certains cas. Au bout de quelques heures de jeu, je n’étais qu’à 10% de son remplissage.

Avec une ambiance film noir, style Sin City, esthétiquement le jeu est réussi. Malgré un trait des personnages qui aurait pu être plus fin, les rues de Paris se dévoilent de manière agréable et nous sommes efficacement transportés dans la nuit Parisienne.

Côté bande son le jeu n’est pas en reste, les bruitages et les compositions sont de qualités même si aucune n’est véritablement mémorable.

Night Call se veut comme une critique de notre société mais demeure finalement très sage, je dirais même que c’est un concentré de “progressisme”, j’entends par là que j’ai plus eu l’impression de jouer à un pur produit de propagande qu’autre chose.

On ne peut n’être qu’en accord ou neutre face à nos passagers, jamais contre leurs décisions ou leurs opinions. L’autre problème fondamental du titre est sa répétitivité. Il ne se prête pas à de longues sessions, on y fait quasiment toujours la même chose. De plus, les dialogues, au final assez agaçants, peinent à motiver et à maintenir l’intérêt du joueur sur la durée. Reste un jeu d’enquête qui se démarque par sa mécanique d’Uber simulator. Paris by night y est fidèlement restituée, avec ses bons et (surtout) ses mauvais côtés. Un ovni dans le paysage vidéoludique qui, bien qu’ambitieux, ne restera surement pas dans les annales.

Test réalisé par Shepard sur une version offerte par l’éditeur.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :