Pro Basketball Manager 2019 – Le test sur PC

Catégories : Gestion, Simulation, Sport, Stratégie

Plateformes : PC

PEGI : NC

Langue : Français, Anglais, Espagnol, Turc

Taille : 4 GB

Date de publication : 21/11/2018

  Développeur : Umix Studios

Éditeur : Umix Studios

Disponible en téléchargement

 

Les studios français Umix n’en sont pas à leur coup d’essai avec ce cru 2019 de la série Pro Basketball Manager, licence qui vient proposer un jeu de gestion à la sauce Football Manager dans une version dédiée au ballon orange. Jusqu’à présent, les amateurs du genre et connaisseurs de cette discipline sportive ont systématiquement évalué la série comme étant perfectible. Aussi, c’est avec des attentes légitimes que les adeptes de la licence ont abordé ce nouvel opus, avec l’espoir que l’équipe en charge du développement pallierait aux défauts des précédents opus.

Qui dit jeu de gestion dit base de données conséquente et Pro Basketball Manager 2019 fait fort, très fort. Le nombre d’équipes disponibles est impressionnant, plus d’une centaine qui est à votre disposition, allant des groupes universitaires aux States, jusqu’aux plus célèbres équipes présentes partout dans le monde. Sur la base de cette centaine, les possibilités sont exponentielles : des milliers de joueurs qui entraînent une multiplication des statistiques pour un total vertigineux.

Le boulot de manager n’étant pas de tout repos, il vous faudra être sur tous les fronts. En vrac, gérer vos recrutements et les échanges négociés avec d’autres clubs, les contrats, les axes à travailler avec vos joueurs et les choix tactiques indispensables aux victoires de l’équipe, le tout en veillant à satisfaire tout le monde, supporters inclus. Il y a du taf, de quoi liquider un bon paquet d’heures.

C’est ici que la déception commence à pointer son nez. La base de données est si vaste que les incohérences sont inévitables. Certains joueurs sont totalement sous-côtés, tandis que d’autres sont sur-évalués, sans parler de ceux qui sont mis au placard alors que leurs performances IRL vont à l’encontre des statistiques présentes dans le jeu. Ce qui peut paraître anecdotique ne l’est pourtant pas lorsqu’on parle d’un jeu de niche qui cible les amateurs de basketball à la recherche d’une expérience la plus réaliste possible. Pour enfoncer le clou, les joueurs ont la fâcheuse tendance à se casser de partout, tout le temps, un peu comme les armes de Link dans Breath Of The Wild qui pètent après 10 coups portés.

Il serait possible d’en prendre son parti et de passer outre, seulement il y a bien d’autres points qui pêchent et font que l’expérience devient rapidement pénible. Les bugs divers et variés, les fonctionnalités du jeu à la ramasse, l’esthétique malheureuse…

Oui, il est fort dommage de négliger l’aspect esthétique sous prétexte qu’il s’agit d’un jeu de gestion. Une interface laborieuse se suffit à elle-même, y ajouter un aspect peu engageant n’aide pas le joueur à avoir envie d’y retourner. Sans parler des matchs dans une 3D qui aurait mérité plus d’attention.

Si l’intention est là avec une base de données à faire pâlir d’envie tout dictionnaire, les incohérences et la pénibilité engendrée par une technique qui n’est pas à la hauteur vont refroidir les plus motivés. Malheureusement, même les moins pointus d’entre nous, qui feront l’impasse sur les caractéristiques irréalistes de certains joueurs, seront rapidement lassés par la succession de bugs rencontrés. C’est vraiment dommage car le titre a du potentiel, ne reste plus qu’à souhaiter l’arrivée de divers patchs ou bien prendre son mal en patience et attendre le cru 2020 qu’on espèrera plus abouti.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Umix Studios

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :