Rebel Cops – Le test sur Nintendo Switch

Catégories : Stratégie, Tour par Tour

Plateformes : Switch, PS4, Xbox One, PC et Mac

PEGI : 18

Langues : Textes en Français et autres langues

Taille : 1883,24 MB

Date de publication : 17/09/2019

  Développeur : Weappy Studio

Éditeur : THQ Nordic

Disponible en téléchargement

Rebel Cops est un spin-off tactique inspiré par l’univers de This is the Police, la série qui a débarqué en Europe au mois d’août 2016 et dans laquelle nous incarnions le Directeur de la Police d’une ville rongée par la pègre. Dans Rebel Cops, comme l’indique le titre, le parti-pris s’avère être différent puisque les forces de police se positionnent cette fois-ci en tant que rebelles, aux méthodes parfois peu orthodoxes.

Rebel Cops est un titre qui se pratique au tour par tour. Chacun des personnages présent a un nombre d’actions limité à réaliser, une fois cette phase terminée, c’est au tour des ennemis d’agir. Votre but sera d’éliminer ou d’arrêter les criminels que vous allez rencontrer durant ces séquences, sachant que les interpellations permettent d’acquérir des points à échanger contre des mouvements en sus, contrairement au fait de donner la mort. Nos flics vont pouvoir ainsi obtenir des avantages qui leur permettent d’améliorer leurs performances (vitesse, précision, force…), même si ces avantages manquent de variété, impliquant un panel de possibilités tactiques trop réduit. Évidemment, les affrontements ne sont pas à sens unique, vous pouvez vous faire liquider ou blesser par vos adversaires. Le point d’impact a son importance, puisqu’en fonction de la partie du corps atteinte, les effets sont différents : une blessure à la jambe vous immobilise, tandis qu’une au bras vous empêche de tirer. Si être atteint à la poitrine fait saigner durant trois tours, comptez le double pour les zones précédemment citées. Sans surprise, être atteint à la tête signifie la mort immédiate. Fort heureusement, il est possible d’utiliser un kit de soin afin de sauver l’un ou l’autre des membres blessés de votre équipe, en le soignant avant qu’il ne se vide de son sang.

Pour mener à bien vos missions, il faudra bien gérer vos ressources, l’ensemble de votre arsenal et l’argent à disposition. Vos flics ne sont pas des enfants de cœur, tous les moyens sont bons pour lutter contre le baron du crime qui semble avoir une grande emprise sur la ville, y compris utiliser le pillage et la corruption, voir même liquider d’autres agents de police ou des civils…

Rebel Cops se joue partiellement à l’aveugle, entendez par là que l’intérieur des structures et bâtiments se dévoile au fil de la progression des personnages. Afin d’aider à sauvegarder la vie de vos officiers, le jeu dispose d’une sorte de système de protection : Lorsque certains ordres donnés présentent un risque pour un policier, un collègue à proximité peut stopper le déplacement et indiquer la position d’un potentiel ennemi afin de laisser la possibilité de réaliser une action différente. Quoi qu’il en soit, il est aussi possible de palier à ce rayon de visibilité réduit en plaçant stratégiquement l’équipe afin de dévoiler la quasi totalité des ennemis qui se trouvent à proximité.

Selon le niveau de difficulté choisi, vous aurez plus ou moins de points de sauvegarde et devant le côté aléatoire d’un potentiel one shot infligé à un de vos gars. Sachant que certains de vos objectifs consistent à se frayer un chemin afin de sauver une victime d’enlèvement, ou trouver un objet, le tout vous plaçant dans une situation inconfortable car nécessitant qu’un de vos membres soit placé loin de ses collègues (et donc qu’il soit particulièrement vulnérable), il se peut que la progression soit rendue difficile. Si vous faites partie des réfractaires au mode facile, vous allez peut-être parfois regretter votre choix.

Rebel Cops nous promet du «One Shot, One Kill» et pour ce faire, il va tout d’abord falloir développer les compétences en arme à feu afin d’atteindre des cibles de plus en plus éloignées. Ne comptez pas réaliser cette prouesse au début du jeu, en dehors peut-être d’un tir à bout portant et sous réserve que l’équipement de l’ennemi le permette. En effet, vos flics comme vos adversaires peuvent bénéficier de divers accessoires qui offrent une certaine protection, comme des gilets pare-balles, ou encore de casques.

Globalement, le titre demande de passer du temps à se faufiler et à se positionner stratégiquement et même si l’exploration fait partie des atouts du jeu, les phases d’action restent en retrait, d’autant plus lorsque les points de sauvegardes sont en nombre réduit et qu’il est difficile de comprendre comment progresser : l’échec implique ainsi de faire et refaire les phases d’infiltration et de positionnement un peu trop souvent pour conserver un bon rythme.

Quelques mots sur la bande son, qui s’avère manquer elle aussi de variété, notamment de par les quelques phrases prévues lors de la progression dans les niveaux qui se répètent en boucle. Concernant la direction artistique, place aux images :

Rebel Cops est un titre unique en son genre qui permet de vivre une expérience moralement ambigüe : Vous incarnez les forces de l’ordre, mais pour atteindre vos objectifs, vos actions vont parfois être illégales. On aurait cependant pu souhaiter plus de profondeur dans l’exploitation de ce thème politiquement incorrect. En outre, il est possible de noter un déséquilibre entre les phases stratégiques et l’action, auquel s’ajoute un certain caractère imprévisible et aléatoire qui augmente la difficulté de manière frustrante. Rebel Cops reste un bon jeu, imparfait, dont le côté atypique ne fait pas dans la demi-mesure : on aime, ou on n’aime pas.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par l’éditeur.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :