Red Dead Redemption 2 – Le test sur Playstation 4

Catégories : Action, Aventure

Plateformes : PS4, Xbox One, PC

PEGI : 18

Langue : Audio Anglais, textes Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Russe, Coréen, chinois traditionnel et simplifié, Italien, Portugais, Polonais

Taille : 89,19 GB

Date de publication : 29/10/2018

  Développeur : Rockstar Games

Éditeur : Rockstar Games

Disponible en téléchargement et en boîte

 

Cher lecteur, si tu es là aujourd’hui c’est certainement que tu envisages de te procurer un exemplaire de Red Dead Redemption 2. Je me permets de te tutoyer, car tu vas t’embarquer pour une expérience qui fera de toi un membre à part entière de la famille RDR. Il ne te faudra pas plus de quelques instants pour saisir la force des relations qui unissent le groupe dont nous partageons l’aventure. Je peux d’ores et déjà te dire que tu auras cette sensation d’appartenance à une communauté d’initiés et que l’expérience que tu auras vécu va longtemps te trotter dans la tête.

N’ayant pas eu l’opportunité de jouer au premier opus, j’ai découvert concrètement l’univers à l’occasion de ce test. C’est donc avec un regard tout neuf, mais aussi dans la peau d’une petite nouvelle qui découvre tout ou presque, que j’ai abordé le titre. Presque, car cela fait des mois qu’on en entendait parler et j’ai publié un certain nombre d’articles au sujet de ce jeu qui faisait figure de sortie majeure en cette fin d’année. Plus j’en apprenais sur lui, plus mon intérêt se voyait stimulé.

Je ne te surprendrai pas en te disant que Red Dead Redemption 2 te met aux commandes d’un certain Arthur Morgan, cow-boy de son État, faisant partie d’un groupe de hors-la-loi dirigé par Dutch Van Der Linde, en 1899. Cette époque ayant été tant et tant exploitée dans le domaine artistique, me voici avec mon premier préjugé : comment donner de l’intérêt à un thème maintes et maintes fois exploité ? Viens ensuite toute une série d’informations qui te font te dire que tu t’es légèrement plantée. Tu regardes les images, tu écoutes quelques musiques, tu découvres des petits bouts de gameplay, tu entends parler de monde ouvert… Et puis vient le jour où tu lances le jeu et l’atmosphère t’attrape sans délai, en deux temps trois mouvements te voilà saisie proprement. J’en ai vu des jeux qui te font poser la manette au bout de 5 minutes, mais RDR2 te fait l’effet inverse : tu es parti pour un bon moment mon ami.

La richesse du gameplay va vite écraser les craintes potentielles d’un univers vaste mais vide, dans lequel nous passons des heures à errer. Si les déplacements des personnages auraient nécessité quelques aménagements supplémentaires (je pense au Fast Travel perfectible) afin de gagner en dynamisme, les possibilités sont nombreuses et offrent une bonne variété d’actions différentes. Bien évidemment, les affrontements à grand renfort de guns seront primordiaux. Le système de « Sang-Froid » a plusieurs fonctions, à commencer par cette capacité à ralentir le temps durant les combats, afin de viser nos adversaires avec plus de précision. Au fil de notre évolution, il va se complexifier, nous permettant dans un premier temps de  marquer automatiquement nos cibles. Puis, nous pourrons choisir manuellement où viser, ce sur plusieurs cibles à la fois, en plus de nous offrir la possibilité de profiter du ralenti pour enchaîner les tirs. Une fois le système Sang-Froid maîtrisé, une dernière fonction indiquera quels sont les points faibles de nos adversaires.

Mais ce qui participe à faire de Red Dead Redemption 2 un très grand jeu est ailleurs. L’histoire est servie par de nombreuses quêtes et missions, dont certaines n’ont qu’un intérêt relatif pour l’intrigue, mais qui permettent de mieux connaître les personnages, ou encore d’apporter une immersion comme peu de jeux peuvent se targuer d’offrir. Cela ne s’arrête pas là, le scénario riche et complexe, ainsi que la manière subtile d’amener les choses développe à minima l’intérêt, voir l’empathie que nous pouvons avoir pour tous ces protagonistes. Nous allons même devoir faire des choix qui vont donner un sens différent à ce que nous allons vivre. S’opposer à Dutch ou obéir ? Tuer ou laisser vivre un ennemi ? Écouter sa conscience ou se comporter comme un tueur froid et dur ?

Quelles que soient nos décisions, l’histoire va nous saisir et nous balloter de bout en bout. Tout a été pensé, écrit finement que ce soit concernant les personnages principaux ou secondaires. Ces derniers ne sont pas de simples figurants et malgré quelques éparpillements scénaristiques auxquels s’ajoutent un dénouement finalement attendu, nous avons affaire à un titre prenant, pour peu qu’on lâche-prise et qu’on se laisse embarquer dans l’aventure. Ce sont tous ces éléments variés, tels que ces histoires dans l’histoire, ces moments au coin du feu, ces parties de pêche ou encore cette manière de nous impliquer, qui vont renforcer la richesse du titre.

RDR2 c’est aussi la gestion de nos ressources, de nos armes, de notre monture, le tout avec une belle variété de possibilités de personnalisation. Plus de 50 armes seront disponibles, ainsi que différentes munitions pouvant améliorer leur précision, leur portée ou les dégâts qu’elles infligent. En outre, il sera indispensable de veiller à notre condition physique. Gérer son poids influencera les jauges de notre personnage, tout comme les diverses activités possibles amélioreront sa résistance.

A côté de cela, les 8 chapitres nous permettent aussi d’aller nous détendre dans un saloon, ou bien de partir explorer les environs afin de compléter l’encyclopédie composée de 551 éléments divers et variés, allant des différentes armes aux races de chevaux, en passant par la faune et la flore de cet immense monde ou encore d’autres éléments moins habituels que je te laisse le soin de découvrir.

Autant te dire que celui qui souhaite exploiter la moindre possibilité du jeu ou explorer le moindre recoin de la carte en a pour plusieurs dizaines d’heures. Il est bien sûr possible de se laisser guider et suivre uniquement l’intrigue principale, ce qui est à mon sens bien dommage quand on se lance dans un jeu qui est une invitation à la découverte. Je ne peux que penser à un titre comme Breath of the Wild, qui, si il est complètement différent, te donne encore envie 1 an et demi plus tard de retourner découper du Lynel ou ramasser de quoi cuisiner un plat aux effets inattendus.

Ceci dit, il est possible de souligner un inconvénient à ce contenu XXL, quelques points qui sont en dessous du reste. Je pense notamment au combat à main-nue qui est améliorable ou encore au manque de fluidité dans les mouvements du protagoniste. A cela s’ajoute un gameplay victime de sa grande diversité : il manque de légèreté. A la décharge de l’équipe de développement, offrir une telle densité nécessite de faire quelques concessions, entraînant parfois des légères lacunes sur certains aspects.

Read Dead Redemption 2 est tout simplement grandiose. Le soin apporté aux effets de lumière, aux détails, la diversité des ambiances qui composent le jeu, Rockstar Games a mis le paquet. Nous seront baladés entre de vastes plaines verdoyantes, des montagnes hostiles, des lieux oppressants et à l’opposé d’autres donnant une intense sensation de liberté. Cet opus est de ces rares jeux dans lesquels tu te surprends à t’arrêter pour contempler un paysage, tout simplement.

Étrangement, j’ai pensé à Detroit: Become Human, comme étant l’antagoniste graphique de RDR2. Le premier offre des gros plans sur les visages à couper le souffle, la moindre aspérité de la peau ou la pilosité parfaitement représentées, alors que les décors ou les plans éloignés sont perfectibles. A l’inverse, les backgrounds de Red Dead Redemption 2 sont époustouflants alors que la qualité des visages en plan rapproché est inégale et légèrement en dessous.

Pour conclure, quelques mots sur la bande son. Absolument parfaite. Encore une fois, rares sont les titres qui disposent à la fois de musiques qui vont si bien accompagner l’expérience, de bruitages du même acabit et de doublages de cette qualité, même si de manière totalement subjective certaines voix ne m’ont pas plu. Trêve de mots, tu peux cliquer sur le lien ci-après pour te faire une première idée (hors contexte, c’est moins parlant, mais…) https://youtu.be/OZYGGXFG_rw ou encore consulter l’article suivant : http://gamingnewz.fr/red-dead-redemption-2-et-sa-musique/

Voilà, tu es arrivé au bout de cette lecture. Je le redis, quand tu lances le jeu, les premiers instants suffisent pour comprendre que tu t’embarques dans une expérience dont tu te souviendras. La beauté des graphismes te saisit en premier lieu, puis tu te sens happé par l’atmosphère qui se dégage des images. Tu as la sensation de te retrouver propulsé au cœur d’un film qui va te toucher d’une manière ou d’une autre. Tout ce que tu as ressenti de prime abord va se confirmer. S’il est encore perfectible, notamment au  niveau de son gameplay, Red Dead Redemption 2 est incontestablement un titre qui va marquer son temps. Au delà d’une réussite technique et d’une direction artistique à la qualité incontestable, c’est cette faculté à t’attraper sans plus te lâcher qui fait la force du jeu. Entre la richesse de son monde, la variété de ses propositions et la palette d’émotions qu’il te fait vivre, le titre est une réussite.

Merci à toi cher lecteur, sois le bienvenu dans la communauté Red Dead Redemption 2.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Rockstar Games

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :