The Room – Le test sur Nintendo Switch

Catégories : Casse-tête, Réflexion, Puzzle

PEGI : 7

Plateformes : Switch, Android, iOS, PC

Langue : textes en Français, Anglais, Japonais, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen

Taille : 911,21 MB

Date de publication : 18/10/2018

  Développeur : Fireproof Games

Éditeur : Team17

Prix : 8,99€ en téléchargement

 

The Room, un jeu qui a fait parler de lui lors de sa sortie initiale en 2012 : il a reçu plusieurs prix et récompenses, la critique ayant été séduite par son approche et son ambiance. Depuis, les opus 2 & 3 ont vu le jour et un 4ème est venu étoffer la série cette année, sur iOS et Android.

Pour l’heure, nous allons aborder plus en détail The Room 1er du nom sur Switch, qui nous mène dans la demeure d’un vieil ami du protagoniste principal. Suite à une mystérieuse lettre qu’il a rédigée, vous vous retrouvez enfermé chez lui, lieu qui s’avère être abandonné. Vous êtes alors dans l’obligation de résoudre des casses-têtes, seul dans une pièce, face à une boîte que vous devrez parvenir à décrypter et à déverrouiller.

Puisqu’il s’agit d’une version Switch, vous avez 2 possibilités qui s’offrent à vous : utiliser un joycon et ainsi jouer sur votre TV, ou bien expérimenter The Room avec l’écran tactile. Je vais être directe, autant c’est fluide et fort agréable avec ce dernier, autant c’est laborieux avec un joycon. Manette en main, le concept est séduisant, vous devez pointer votre curseur vers le point d’intérêt choisi et réaliser diverses actions pour venir à bout des mystères et mécanismes de la boîte. Le joycon doit être utilisé en conséquence, afin de vous donner la sensation de réellement manipuler les objets sous vos yeux. J’ai été confrontée à deux soucis avec ce mode de commande. Le premier a été la disparition pure et simple du pointeur sur l’écran, qui a nécessité un redémarrage du jeu pour remédier au problème. Dans la mesure où cela s’est répété régulièrement, j’ai tout bonnement abandonné pour passer exclusivement en tactile. Fort heureusement, le système de sauvegarde automatique m’a permis de ne pas avoir à recommencer un pan entier d’une séquence. Le deuxième point déplaisant a été le manque de confort et d’ergonomie du joycon. Les gestes demandés et les boutons de commandes mal choisis ont rapidement entraîné des sensations désagréables dans la main. Le contraste existant entre ce mode de commande et le tactile est saisissant, ce dernier étant à l’opposé en matière de confort et de fluidité. On sent clairement pour quel support The Room a été élaboré à la base, le jeu trouve donc parfaitement sa place sur la Switch et son écran.

Une fois cette prise en main passée, vous voici donc à vous creuser les méninges, observer, analyser, trouver des indices pour enfin débloquer une ouverture, trouver un objet a placer judicieusement sur la boîte, pour à nouveau ouvrir une trappe cachée, qui à son tour… je prends le parti de vous en dire le minimum, car si les énigmes ne sont pas d’une complexité qui vous laissera pantois, le plaisir de la découverte fait partie intégrante de l’expérience, trop en dire viendrait donc vous priver de ce qui fait l’essence de The Room. En outre, vous trouverez quelques réponses aux questions engendrées par la situation de départ du personnage que vous incarnez, même si le scénario et la narration restent peu exploités dans ce premier épisode -points qui vont être plus étoffés dans les suivants-. Comptez moins de 2h pour aller au bout de votre partie, c’est un peu court mais vous avez la garantie que le temps passé est loin d’être ennuyeux ou vide, il sera même agrémenté d’une certaine tension amenée par les notes qui vont se dévoiler lors de votre exploration de « la boîte ».

Visuellement, The Room est une affaire rondement menée. L’ensemble bénéficie d’une nette amélioration par rapport à la version mobile. Les objets sont très détaillés, semblent presque réels, tout en gardant un style graphique spécifique aux opus de la série. C’est propre, net et plaisant.

Une bande son très discrète vient donner une touche de pression supplémentaire à celle entraînée par les écrits que vous allez trouver. J’ai trouvé des similitudes entre l’ambiance générale de The Room et celle de Goetia, titre que j’avais eu l’occasion de tester.

The Room étant un portage sur Switch, j’entends déjà d’ici les commentaires sur l’utilité d’un énième jeu mobile qui atterrit sur la dernière console made in Nintendo. C’est justement ici qu’un tel titre prend tout son sens. Le mode tactile de la Switch offre une expérience très ergonomique, avec l’avantage supplémentaire de pouvoir profiter des détails, des graphismes améliorés et de l’ambiance visuelle sur un écran plus grand que celui que peut nous proposer notre téléphone. Ce portage est d’autant plus appréciable pour ceux qui, comme moi, ne sont pas adeptes des expériences sur mobile et qui de ce fait passeraient à côté d’un jeu à énigmes de grande qualité. Reste maintenant à espérer que les 3 autres opus parus vont bénéficier du même traitement et ainsi donner la possibilité aux joueurs sur Switch de profiter de l’intégralité de la série The Room, car elle vaut clairement le détour.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Team17

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :