Home Sweet Home – Le test sur Playstation 4

Catégories : Horreur, Aventure

Plateformes : PS4, Playstation VR, Xbox One, PC

PEGI : 16

Langues : Français, Anglais, Allemand, Espagnol

Taille : 4,48 GO

Date de publication : 31/05/2019

  Développeur : Yggdrazil group

Éditeur Mastiff Games

Disponible en téléchargement

HOME SWEET HOME est le titre de l’expérience horrifique que Yggdrazil group nous propose, il s’agit d’un jeu d’horreur à l’atmosphère inquiétante  sorti en 2017 sur PC et qui prend place sur console en version dématérialisée. Nous incarnons Tim, un homme qui cherche sa femme mystérieusement disparue dans des lieux qui semblent irréels.

Les commandes minimalistes consistent essentiellement à réaliser trois actions : interagir, courir et s’accroupir. Se sont les touches majoritairement utilisables lors des différentes phases de gameplay dont la plus oppressante reste celle des courses-poursuites/cache-cache avec les différentes entités paranormales issues de la mythologie thaïlandaise. L’une de ces entités est un esprit aux allures de cadavre qui vous tuera si elle vous croise. Lorsqu’elle vous a repéré, vous pouvez tenter de lui échapper en utilisant des casiers qui sont mis à disposition – un grand classique du genre – mais bien évidement la cachette fonctionne seulement si elle ne vous a pas vu y entrer.

Il y a également des énigmes plutôt sympa pour calmer le jeu entre deux phases de tension. Ce qui est remarquable c’est que certaines d’entre elles sont accompagnées de l’esprit qui hante les lieux ce qui rajoute une difficulté supplémentaire. C’est un élément appréciable qui ajoute un plus à des énigmes au concept par ailleurs assez classique. La narration, qui est un minimum présente, est plus distillée sous forme de notes que par des cinématiques. Ces notes agrémentent comme il le faut la mythologie présente tout au long du jeu.

En effet, ce qui démarque Home Sweet Home des autres titres de la catégorie, c’est son univers basé sur les mythes Thaïlandais, mais également ses puzzles. Pour le reste, l’expérience reste très conventionnelle et vous tiendra quelques heures.

Notez que le jeu propose du contenu VR. PlayStation VR et PlayStation Camera sont nécessaires pour y avoir accès.

Les musiques correspondent au style du jeu et se déclenchent au bon moment, que ce soit dans les phases intenses ou dans celles plus calmes. Elles parviennent à maintenir l’immersion dans l’atmosphère horrifique du titre. Les  graphismes sont corrects mais auraient tout de même mérité une retouche, afin de rendre le jeu toujours plus crédible.

J’ai apprécié l’expérience offerte par Home Sweet Home malgré certains points qui rendent les screamers prévisibles et gâchent l’effet de tension. En effet, le logo de sauvegarde annonce bien souvent que ça va être le moment de courir, ou bien les multiples casiers alentours qui indiquent la présence de l’esprit à proximité. L’ensemble reste engageant, reprenant les bases du genre, dont l’efficacité à fait ses preuves. Le choix de la première personne ainsi que la mythologie thaïlandaise, très peu exploitée dans le monde du jeu-vidéo, sont également des éléments positifs.

Test réalisé par MN The last survivant sur une version offerte par l’éditeur.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :