Monster Hunter Generations Ultimate – Le test sur Nintendo Switch

Catégorie : Action

Langues : Français, Allemand, Italien, Espagnol, Anglais

Taille : 12,17 GO

Date de publication : 28/08/2018

  Développeur : Capcom

Éditeur : Capcom Europe

Prix : 59,99€ en téléchargement

40,95€ en boîte

 

Monster Hunter une série qu’on ne présente plus. Et pourtant, même si tout le monde en a déjà entendu parler, il existe des personnes qui n’y ont jamais joué. Si, si je vous assure. Un petit topo s’impose.

J’admets que le titre est assez parlant, chasseur de monstre, on ne peut pas faire plus clair, mais qu’en est-il des détails de notre affaire ? Allons droit au but et parlons de l’opus qui vous amène aujourd’hui à lire ce test. Il s’agit d’un portage de la version -que vous avez peut-être platinée- sur 3DS, qui trouvait déjà son inspiration chez ses aînés et dans laquelle les habitués de la série ont retrouvé des lieux et des monstres emblématiques, associés à leurs bonnes vieilles habitudes de chasseurs confirmés. Mais c’est aussi un titre qui a amené de la nouveauté à la série et si on ajoute à ça les apports de cette version Switch, ceux qui découvrent Monster Hunter aujourd’hui vont, comme c’est déjà le cas pour les joueurs sur 3DS, risquer l’addiction à tous les coins de rues… enfin de Bherna.

Bherna est le lieu dans lequel votre protagoniste débute son aventure. Il ou elle -en fonction de votre choix de départ-  fait partie de la guilde des chasseurs, qui va l’envoyer sur place afin de servir la Wycadémie, un organisme chargé d’étudier les monstres qui peuplent les alentours. La trame scénaristique est réduite à son plus simple appareil, pas de chichi, on brode un peu avec les différents lieux stratégiques que le personnage va explorer et on file à l’essentiel : affronter des créatures plus impressionnantes les unes que les autres, afin de défendre la population de la menace connue sous le nom des Quatre Condamnés et accessoirement, celle d’un impitoyable Dragon Ancien.

Avant tout, si vous possédez Monster Hunter Generations 3DS sachez qu’il est possible de transférer les données de sauvegarde de votre console vers votre Switch, via une application téléchargeable ici : Site officiel Nintendo France

Concrètement, passons à ce que qui vous attend dans Monster Hunter Generations Ultimate. Après un détour par une phase de customisation plutôt complète, nous allons choisir un Style (une classe) parmi les 6 proposés : Guilde, Guerrier, Voltigeur, Bushido, Vaillant et Alchimiste. Les 4 premiers nous viennent de l’opus sur 3DS, qui se voit étoffé par 2 nouveautés : le Style Vaillant et le Style Alchimiste. Chacun va influencer le gameplay des armes que le personnage va utiliser.

Le style de Guilde est le plus équilibré et peut être conseillé aux débutants. Il permet de s’équiper de deux Arts de Chasse permettant de mêler attaque et défense. Cependant, j’ai constaté que les déplacements du personnage sont relativement lents lorsqu’il est armé. Aussi, le style Guerrier donne la possibilité d’équiper trois arts de chasse et accélère le remplissage de leurs jauges, ce qui peut contrebalancer partiellement la perte de mobilité.

Le style Voltigeur est intéressant car il permet d’effectuer une figure acrobatique qui projettera le protagoniste dans les airs après qu’il ait utilisé un élément, un allié ou même un monstre en guise d’appui. Il réalise ensuite des attaques aériennes puissantes capables de mettre la cible à terre. Une esquive bien menée ou un contre réussi ? Le style Bushido vous permettra de réaliser une contre-attaque puissante. Quant à lui, le Style Vaillant favorise les combos et le Style Alchimiste permet la création d’objets utilisables lors des affrontements.

Les techniques de combat sont appelées les Arts de Chasse, ils sont plusieurs dizaines, majoritairement déjà connus par les joueurs sur 3DS et agrémentés de nouveautés sur l’hybride de Nintendo. Vous pouvez attribuer jusqu’à 3 d’entre eux à votre personnage en fonction de son Style (ces Arts sont modifiables en cours de partie). Classiquement, une jauge dédiée se remplira en fonction des coups portés à vos ennemis et vous pourrez déclencher l’Art de Chasse de votre choix une fois celle-ci remplie. Le mode tactile de la Switch permet leur exécution par un simple geste sur l’écran de votre console.

La plus grande partie de votre expérience de jeu va être basée sur la réalisation de quêtes classées par niveaux de difficulté. Chacune d’entre elles va vous mener au front, mais aussi vous permettre de récupérer des ressources et items que vous pourrez soit conserver pour les combats, soit envoyer dans l’un des 4 Hubs (les villages ou zones d’activités) dont l’accès se débloque au fil du jeu et ce via votre coffre personnel -bienvenue dans le monde de Harry Potter, vous déposez vos objets et hop! Ils sont téléportés où il se doit-.

Lorsque vous serez dans l’un des 4 hubs, vous pourrez sauvegarder votre progression en piquant un petit roupillon, mais aussi vous occuper de votre inventaire, de vos armes qu’il est possible d’améliorer grâce à vos découvertes lors des quêtes. Les Felynes, bien connus des joueurs des opus précédents, vont vous offrir différents services, dont le recrutement de boules de poils nommées les Palicos, qui ne sont autres que des chats customisables et me faisant un chouia penser à notre ami le Chapeauté. Ces petites bêtes vont être grandement utiles pour récupérer des ressources lors des quêtes, mais aussi afin d’attaquer sans s’épuiser puisque monsieur le chat n’a pas de barre d’endurance, lui. Sachant que vous pouvez alterner entre vos chatounets et votre protagoniste, cette possibilité est un atout majeur en termes d’efficacité.

Au gameplay habituel de la saga, Monster Hunter Generations Ultimate ajoute les suppléments décrits dans le gameplay, de nouvelles zones explorables, de nouveaux monstres, ainsi que certaines créatures issues des opus précédents comme le rapide Zinogre ou le furtif Nargacuga. La version Switch propose également un niveau de quête appelé rang « G » (on me souffle dans l’oreillette qu’il a été réclamé par les joueurs) dans lequel des versions encore plus coriaces d’ennemis familiers mais avec des mouvements et des capacités inédites, devront être terrassés. Même les chasseurs les plus expérimentés vont être mis au défi.

Et pour la première fois, les joueurs ont la possibilité d’expérimenter le multi en local ou en ligne, accompagné de 3 autres chasseurs au maximum. Franchement, c’est carrément excellent de pouvoir expérimenter le multi avec ses proches et accessoirement de bénéficier de leur expertise afin de s’améliorer lorsqu’on manque de pratique (hum, hum).

En outre, les quêtes du jeu sont généreuses, elles vous rapportent une ressource permettant d’acheter du matériel, des points Wycadémie et des tickets de monstres exotiques, vous savez ces bestioles terribles et vives, à la puissance décuplée, qui gagnent un rang chaque fois qu’elles sont battues (jusqu’à 10 pour ces charmantes bêtes).

En tout, on dépasse les 100 monstres plus ou moins imposants qu’il est possible d’affronter. Pour les connaisseurs, le Gammoth, l’Astalos, le Mizutsune, Tigrex, Khezu sont de la partie et tant d’autres encore.

Même si la difficulté globale est plus accessible avec les Styles et les Arts de Chasse, il n’en reste pas moins qu’un titre comme Monster Hunter Generations Ultimate peut vous emporter pour des dizaines et des dizaines d’heures. Annoncer une centaine d’heures de jeu n’est pas une hérésie.

Il n’y a rien à redire sur la qualité et la quantité de détails et la palette de couleurs, que ce soit au niveau des backgrounds ou des personnages. Ceci dit, la modélisation n’est pas toujours optimale. Certains éléments sont plats, peu précis et contrastent particulièrement avec les éléments les plus aboutis. Par contre, dans les zones d’exploration, les effets visuels sont clean et leur design colle avec le reste des graphismes. Le niveau de l’ensemble du jeu est identique à celui qui se trouve sur 3DS. Par contre, il est intéressant de noter que la résolution est quasi la même sur votre téléviseur et sur l’écran de votre Switch, il va sans dire que c’est un atout, le portage ayant aussi pour vocation de vous faire profiter du jeu sur grand écran.

Autre point à mentionner : Les visuels des menus et les sons qui les accompagnent ont un côté rococo. Les signaux sonores sont secs, la douceur et la modernité sont loin, très loin. Mais soit, cela n’empêche pas le joueur de profiter pleinement de l’expérience proposée, d’autant plus que dans les phases d’exploration et d’action, la bande son fait le job sans problème.

Que vous soyez débutant ou chasseur confirmé, les ajouts de la version Nintendo Switch vont agrémenter l’expérience des uns et apporter un souffle de nouveauté aux autres. Même si le contenu est essentiellement une reprise de la version 3DS, comment refuser l’expérience sur grand écran que ce portage propose ? Quoi qu’il en soit, Monster Hunter Generations Ultimate est un titre addictif, qui ravira tout particulièrement les joueurs à la recherche de confrontation contre des monstres grandioses agrémentée de moult techniques et arsenal de combat : entre les Styles, les Arts de Chasse et les différentes armes, ce sont une multitude de combinaisons possibles qui vont vous donner envie de tester toutes les variantes, afin de trouver celle qui vous aidera à devenir le chasseur le plus aguerri de l’univers Monster Hunter.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Capcom France

Merci à eux !

  • author image
    Dorian Répondre
    Août 28, 2018 @ 15:43

    Excellent test ! Je n’ai jamais été fan des jeux Monster Hunter (enfin disons surtout que je n’y ai jamais prêté attention) mais ça m’a bien donné envie d’essayer cette version sur Switch :3. Les monstres n’ont qu’à bien se tenir !

  • author image
    Romane Répondre
    Août 28, 2018 @ 16:01

    Je ne connais pas la licence mais le jeu a l’air d’etre intéressant ! Merci pour cette critique !

  • author image
    Clément Répondre
    Août 28, 2018 @ 16:16

    Pour avoir jouer à la licence sur wii et ps4. Le portage sur switch m’a donné envie de m’y rendre une nouvelle fois dans ce monde grâce à cette critique très détaillée 😉

  • author image
    david Répondre
    Août 28, 2018 @ 16:57

    Pour ma part j avais vu quelque photo video teaser mais j ai super bien accrocher a ce jeux l’article et super complet et bravo

  • author image
    Nicolas Répondre
    Août 28, 2018 @ 17:17

    J’avais déjà testé les démos sur 3DS et j’avais plutôt bien apprécié, l’univers m’a l’air vachement sympathique et immersif.
    Si, un jour je me prend la Switch je pense que je me pourrai me laisser tenter.

  • author image
    Août 28, 2018 @ 18:51

    Très bon article, complet, détaillé et très agréable à lire ! Même si je ne connais rien de la licence, ça m’a donné envie de m’y intéresser ! 😉
    Merci beaucoup ! \o/

    PS : Les prix de la boîte et du téléchargement sont inversés, non ?

    • author image
      Midnailah Répondre
      Août 28, 2018 @ 20:59

      Hello ! Merci pour ton commentaire 🙂 C’est vraiment un bon jeu, un peu hard quand on découvre mais il devient vite addictif ^^
      Concernant les tarifs, ce sont les bons, une des bizarreries de Nintendo, les téléchargements sont souvent plus chers que les jeux en boîte x)
      Amazon fait souvent des prix de fous aussi ! https://amzn.to/2MVF9OW

  • author image
    Midnailah Répondre
    Août 28, 2018 @ 21:02

    Merci à tous pour vos commentaires ! La licence s’est améliorée au fil du temps, cet opus est le plus abouti, franchement allez-y 🙂

  • author image
    Mar 5, 2019 @ 21:20

    […] à remplir ponctuées de passages dans la zone centrale du jeu, à l’instar de titres comme Monster Hunter Generation Ultimate ou encore God Eater 3. Deuxième bémol sur une partition par ailleurs harmonieuse, le fossé […]

%d blogueurs aiment cette page :