Slay The Spire – Le test sur Playstation 4

Catégories : Stratégie, Roguelike, Deckbuilding

Plateformes : PS4, Switch, Xbox One

PEGI : 7

Langues : Audio et textes en Français et autres

Taille : 452,72 MB

Date de publication : 21/05/2019

Disponible en boîte le 15/11/2019 via Just For Games

  Développeur : Mega Crit Games

Éditeur : Humble Bundle

Également disponible en téléchargement

 

Un rogue-lite ! Oh, pas de l’inédit me crierez-vous ! Du réchauffé comme l’on en compte par milliers diront les plus viles langues ! Mais que nenni, restez assis et laissez-vous séduire par ce petit trésor nommé Slay the Spire nous venant des américains de Mega Crit. Jeu de cartes building mélangé à un Rogue-lite, vous serez plongés dans un donjon quelque peu hostile où votre talent de création sera intimement mêlé à votre instinct de survie. Le meilleur ami de l’homme est son deck et l’impatience sa némésis. Il est difficile de parler des qualités de ce jeu sans entrer dans les détails, amis stratèges c’est l’heure du D-D-D-D-D-D-uel !!!!

&

Une phase de présentation très courte et vous voilà déjà lancé dans le premier étage face à vos premiers ennemis. Chaque combat commence avec 5 cartes pour vous et un ou plusieurs adversaires dotés de phases différentes d’attaques de buffs ou de débuffs. Vous êtes munis d’un deck de base qui se réinitialise à chaque donjon et de trois points d’énergie, chaque carte vous permet d’appliquer des effets plus ou moins puissants en fonction de la consommation énergétique de la carte. C’est à partir de là que nous mettons le doigt sur ce qui fait la richesse de Slay the Spire : la diversité de gameplay. Etant donné le caractère pour le moins difficile du jeu, vous allez devoir faire travailler vos méninges pour compenser votre faiblesse devant des adversaires plus forts avec plus de vitalité. La recherche de combo sera votre objectif principal pour maximiser les dégâts et minimiser les pertes de points de vie…. qui ne reviennent pas après un combat. Pour cela, chaque personnage est doté de pouvoirs propres entre le guerrier de feu, le shaman et son venin ainsi que le robot et ses orbes (Petite parenthèse : Quelques heures de jeux suffisent pour se rendre compte de la puissance de notre dernier protagoniste qui en plus d’avoir le gameplay le plus varié est également le plus dévastateur). De surcroît, plus vous avancerez dans le donjon et plus vous trouverez de reliques, conférant des effets de buffs divers comme de l’énergie supplémentaire, de potions et de cartes.

Si la difficulté va croissante votre force aussi, tout comme l’amusement qui en découle. La stratégie à suivre est de créer un deck qui vous permette de survivre le plus longtemps, il faudra privilégier les effets d’armure et de débuff sur l’adversaire si vous ne voulez pas voir trop de sang couler. Dans le détail : Chaque tour votre main sera jetée à la défausse, qui se réinitialise quand votre deck est vide, et vous serez munis de 5 nouvelles cartes, ce qui vous condamnera à jouer avec parcimonie car chaque coup que vous ne jouez pas disparaîtra pendant plusieurs tours. Vous n’avez que trois points d’énergie qui, en dehors de l’effet des reliques, ne variera pas par tour comme Hearthstone, privilégiez d’abord les effets de défense avant de déployer votre jeu pour tuer les ennemis. L’originalité de Slay The Spire réside sur ce qui fait la richesse du jeu, à savoir les multiples variantes que vous allez rencontrer dans le donjon. A chaque étage, votre avancée sera arrêtée par un combat, un événement aléatoire, une auberge (pour régénérer vos points de vie) ou un marchand qui avec le temps deviendra un passage obligatoire pour récupérer des cartes qui vous manquent mais surtout acheter des reliques qui viendront vous conférer une bouffée d’air dans votre aventure. Si vous êtes munis d’un arsenal développé et varié en étant doté d’une stratégie béton, il convient de dire que vos adversaires ne sont pas à la rue avec des effets de bonus/malus et des attaques toujours plus violentes. L’échelle de difficulté ne cessera d’augmenter qu’à votre mort, ou si vous parvenez à battre les trois premiers boss. Pour cela, plusieurs essais seront nécessaires afin de tâter le terrain et une fois cette prouesse accomplie, le jeu vous ouvrira de nouvelles portes avec des défis quotidiens, des donjons plus corsés et plus longs et des parties personnalisées en modifiant tous les paramètres selon vos fantaisies (Les chanceux sur PC auront accès au mods que les développeurs ont ouvert pour créer vos héros et vos cartes)…. Bref l’ennui n’est pas invité ici.

D’un point de vue purement technique c’est fluide, dynamique. Malgré la laideur des monstres et une certaine faiblesse de l’animation, on y trouve sincèrement son compte ; la patte graphique est là et marque le jeu d’une ambiance lourde et oppressante. Ce ne sera pas au goût de tout le monde mais pour plaire il faut se démarquer. On retrouve des créatures à l’aspect horrifique avec des couleurs proches de la pastel et des designs de cartes très bien travaillés, qui nous donneraient bien l’envie de les avoir en main comme pour Magic. Côté audio le studio se démarque davantage avec des musiques de combat faisant dresser les poils de nos mains tenant fermement la manette. On retrouve un style proche de Sugiyama pour les boss et une ambiance marquée RPG. En résumé c’est bon, c’est plaisant et ça colle parfaitement à des parties de donjons qui peuvent prendre de longues heures. Petit bémol néanmoins, il faut bien une goutte qui dégouline sur ce beau tableau : la traduction, celle-ci ne gêne en rien mais on peut relever quelques fautes de français notamment dans les passages d’exploration.

Mega Crit nous offre un énième Roguelite sur notre liste de jeux, mais Slay the Spire est à marquer au surligneur car il sait se démarquer et a les « cartes en main » pour convaincre un public large, qu’il soit adepte de défis corsés, amateur de cartes ou simple curieux. La difficulté est présente, il faudra bien connaître chacune des cartes pour tirer le maximum du potentiel de votre deck. Les nombreuses reliques, effets et buffs vous permettent de varier les plaisirs malgré une diversité de cartes au final assez faible. Toutefois les heures s’enchaînent sans souci, le gameplay ne rouille pas de sitôt et la patience finit par vous mener à la victoire du donjon et ce plaisir n’a pas de prix…. Juste de nombreuses heures à peaufiner votre tactique. Si la mécanique du jeu semble répétitive, la difficulté des parcours vous fera oublier ce détail pour relancer encore et encore un autre parcours. Notons tout de même l’absence de versus direct qui, même si ce n’est pas l’objectif du jeu, aurait pu apporter un argument supplémentaire à son achat. En somme, le titre est une pépite, le studio américain a su marquer de nombreux points en renouvelant un genre connu de tous, combiné à un jeu de cartes. Si vous ne l’avez pas en main et que vous cherchez un titre qui n’a pour durée de vie que votre patience alors n’hésitez pas, Slay The Spire n’attend que vous !

Test réalisé par BLD sur une version offerte par Just For Games.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :