Valfaris – Le test sur Playstation 4

Catégories : Action, Plateforme

Plateformes : PS4, Switch, Xbox One, PC

PEGI : 18

Langues : Sous-titres en français et autres langues

Taille : 902 MB

Date de publication : 06/11/2019

  Développeur : Steel Mantis et Stage Clear Studios

Éditeur : Big Sugar Games

Disponible en téléchargement

Et en boîte avec Just For Games

 

Lorsque Castlevania rencontre System Of A Down, cela donne Valfaris, un jeu de plateforme bien déjanté et bien piquant en cette fin d’année ! Steel Mantis nous gratifie d’un nouveau jeu, après Slain : Back from Hell, qui veut mélanger deux genres improbables que sont le Métal et la Science fiction. Valfaris compte sur vous pour faire couler le sang avec un Run’n gun à la difficulté… dantesque. Toutefois rien qui ne vous fasse saigner des yeux à force de trop de frustration car les points de sauvegarde sont assez fréquents et l’ambition n’est pas d’abandonner le joueur peu chevronné, mais de le pousser à rentrer dans une mécanique de jeu bien construite autour du métal : de la violence et du rythme. Ne pas foncer tout en ne stagnant pas sur place, telle est votre seule chance de survivre. Néanmoins joueur vétéran, ne t’en va pas ! Steel Mantis a pensé à toi car les idoles de sauvegarde, si elles ne sont pas utilisées, te serviront pour te renforcer, en bref enfin un jeu difficile et gratifiant saupoudré d’une petite mélodie qui résonne dans nos oreilles pour notre bonheur.

&

Thérion, fils de Valfaris, est un combattant de l’espace puissant et désireux de mettre fin aux jours de son paternel, il devra pour cela évoluer dans un univers pour le moins hostile juché de monstres terrifiants, de guerriers sanguinaires et de pièges inattendus et mortels. Mais rien de cela n’inquiète notre preux héros, armé en premier lieu de son gun et de son épée bouclier, prêt à embrasser la mort pour parvenir à ses fins (et vous allez très souvent lui faire des bisous à la grande faucheuse). Si le jeu allie look rétro avec une musique de métal, la maniabilité est elle aussi à l’ancienne, avec de grosses difficultés à tirer en diagonale sans s’arrêter mais dans de telles situations le combat à l’épée est hautement recommandée pour compenser cette difficulté aléatoire. Le gameplay est quant à lui un très grand classique, Steel Mantis reprend ce qui a marché depuis des années tout en y ajoutant ce qui fait sa patte, son originalité, à savoir son intention. En effet, il est très difficile d’accrocher au jeu au lancement mais après un court moment sa subtilité se révèle et sa volonté de faire un jeu de plateforme stratégique se dévoile.

L’évolution du héros a un prix, celui du goût du risque. Votre mana, qui sert d’énergie pour votre arme lourde et votre bouclier, ne se remplit qu’en tuant à l’épée ce qui implique de s’exposer davantage au danger, tout comme votre barre de vie qui n’augmente qu’au détriment de laisser de côté quelques points de sauvegarde. Mais sa difficulté plus exigeante que frustrante, ses niveaux très variés et sa bonne durée de vie forment là des atouts qui jouent en la faveur de la sympathie envers Valfaris.

Sur l’aspect technique, je ne peux qu’affirmer avec un simple oui que c’est du bon. Le pixel art est là et il est de très haute qualité, les couleurs sont prédominantes tout en conservant un aspect sombre et pesant, le mélange est homogène et l’harmonie vient se renforcer à l’aide d’un arsenal sonore d’une puissance et d’une qualité qui apportent un sens et insufflent la vie à ce jeu, qui s’impose déjà en tant que classique du genre pour côtoyer les plus grands. Si l’animation n’est pas à la pointe de la technologie, la réalisation n’en demeure pas moins de très bonne facture, Steel Mantis n’est pas là pour nous apporter un petit jeu en attendant la fin de l’année mais se distingue par des qualités techniques effleurant l’excellence.

Du métal, un bon jeu 2D d’action avec des armes variées à améliorer au prix du risque, et une direction artistique aux petits oignons. C’est ce que vous propose Valfaris avec une bonne durée de vie allant de 10 à 20 heures en fonction de votre aisance, mais ce genre de jeu difficile à souhait avec des boss terrifiants nécessite… une coop, que le jeu n’offre pas, bien malheureusement. Car un titre qui s’appuie sur la musique pour nous faire vibrer ne peut se jouer seul, comme Léonard Bernstein le rappelait, « on ne vend pas la musique, on la partage ». Mais malgré cette absence et les quelques problèmes de maniabilité, il faut être insensible pour ne pas tomber sous le charme de Valfaris avec ses couleurs riches à l’ambiance lourde et sombre enrichie très justement par une belle mélodie et un gameplay qui invitera le joueur à suivre le tempo et emprunter la voie du danger pour progresser. En somme, Valfaris est déjà un classique dont on vantera les qualités dans la postérité, à acquérir d’urgence ou à offrir sous le sapin.

Test réalisé par BLD sur une version offerte par l’Éditeur et Just For Games.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :