Dragon Ball Z Kakarot – Le Test sur Playstation 4

Catégories : Action, Aventure, RPG

Plateformes : PS4, Xbox One, PC

PEGI : 12

Langues : VOSTFR (langue anglaise et langue japonaise officielle)

Taille : 46 GO

Date de publication : 17 janvier 2020

Développeur : Cyberconnect2

Éditeur : Bandai Namco

Disponible en dématérialisé ou en boîte

Jouissant d’une popularité et d’une très forte longévité, la saga Dragon Ball, écrite par Akira Toriyama, peut se targuer d’être une impressionnante machine à cash générant des profits record et une assiduité de sa communauté sans commune mesure. Pour tout fan qui se respecte, la sortie d’un Jeu Vidéo Dragon Ball Z est toujours un événement à ne pas rater, malgré une certaine appréhension au moment de mettre la galette dans la console. En ce qui me concerne, j’ai toujours pris un plaisir immense dans la trilogie Budokaï, la trilogie Budokaï Tenkaichi, le Burst Limit, les deux Raging Blast et enfin les deux Xenoverse. J’ai soigneusement évité le Dragon Ball Fighter Z, détestant le genre du Versus Fighting et n’ayant absolument rien à prouver à personne. C’est ainsi que je me suis décidé à me pencher sur la proposition du studio derrière les Naruto Ultimate Ninja Storm. En période de disette, en dehors de mon argent, je ne perdais pas grand chose dans cette affaire. Bonne ou mauvaise idée de ma part ?

Pour un Raditz de plus (ou de moins)

Après avoir incarné un patrouilleur du temps et sauvé la timeline officielle de Dragon Ball Z des terribles plans de Démigra, Towa et Mira, Bandaï Namco laisse un peu tranquille les équipes du studio Dimps et part frapper à la porte de Cyberconnect 2 afin de nous proposer une « nouvelle » vision d’un JV estampillé Dragon Ball Z. Pour ce faire, nous revenons à une production assez classique mais partant totalement à contre courant de ce qu’on aurait pu (sûrement) attendre en 2020. En effet, nous repartons limite à zéro et on se voit « offrir » les quatre arcs principaux de la saga Z, une dizaine de musiques officielles en prime (dont Cha la head cha la ré-orchestrée pour l’occasion). Comme quoi, avoir les musiques officielles, ce n’est pas si compliqué que ça, à condition de sortir les brouzoufs. Au départ sceptique et pas totalement emballé par cette affaire, il faut bien avouer qu’un respect certain pour DBZ de la part de Cyberconnect 2 aura réussit l’exploit de m’immerger d’une bien belle et surprenante manière, même si je connais la saga pratiquement par cœur, signe que ce DBZ Kakarot se veut être d’une formidable fidélité malgré quelques ombres au tableau.

C’est ainsi que dans DBZ Kakarot, vous serez lâchés dans des zones semi-ouvertes fortement inspirées par le Dragon World où vous pourrez vous promener comme bon vous semble afin d’accomplir soit des quêtes secondaires, soit la trame principale ou encore récupérer orbes et collectibles divers et variés, ayant une certaine utilité. Sans parler de la pêche, de la conduite et du base-ball qui sont autant de petites activités servant avant tout votre immersion dans l’univers de Dragon Ball Z Kakarot. Un contenu riche, très riche même, en termes de durée de vie, même si ce DBZ Kakarot enchaîne quelques couacs, signe d’une certaine fébrilité et d’un tâtonnement de la part du studio. Et pourtant, la magie opère d’une certaine manière et je me suis moi même surpris à avoir eu du mal à arrêter mes sessions quand j’étais lancé, chose qui n’est pas donné à n’importe quel JV actuel. Parce qu’en étant totalement franc, ce DBZ Kakarot est un premier jet d’une « nouvelle » licence comme l’ont été les Budokaï et Budokaï Tenkaïchi. Du moins, c’est mon impression et ce que j’ai ressenti, entre autres, une fois manette en main.

Pensé comme un jeu d’aventure teinté d’éléments de RPG, Kakarot vous proposera d’accomplir l’histoire, décomposée en arcs (Saiyen, Freezer, Cell et Buu), où Cyberconnect2 essaye d’être le plus proche possible de l’animé mais perd quelques plumes ici ou là, car soit il y a de la censure (par exemple, il n’y a pas de sang où bien Gohan aura un pantalon à la fin de sa transformation en oozaru, ou même carrément l’absence de scènes ou de petits moments cultes comme lors du combat contre Cell où Végéta balance son Final Flash dantesque à la suite de la mort de Trunks des mains de Cell) ou soit la traduction française fait peine à voir. Il y a la question aussi de la pertinence de certaines quêtes annexe, comme par exemple devoir chercher des tomates royales pour Tortue Géniale. Hé oui, en 2020, et après un certain The Witcher 3, ça fait un petit effet années 2000. On peut faire un peu de remplissage certes, mais le souci d’un tel retour en arrière, c’est qu’on perd un peu de plumes sur le chemin du divertissement qui n’a dès lors qu’une limite de patience, la vôtre.

Ce qui est incompréhensible, c’est que d’autres quêtes annexes restent intéressantes, non seulement pour l’expérience donnée en cas de réussite, mais aussi par l’immersion qu’elles procurent, en plus de nous proposer un regard inédit sur certains personnages de la saga, révélant un certain effort d’écriture de la part du studio et qui aurait mérité peut être du temps supplémentaire et/ou de moyens afin d’en proposer un peu plus, étant donné la relative bonne idée du concept. Vous avez donc d’un côté les arcs de la saga, qui tiennent la cadence en termes de mise en scène, de durée de vie (par exemple, l’arc saiyen vous demande entre 5 et 8h pour être accompli) et plus vous avancez dans l’histoire, plus les arcs sont longs côté temps de jeu nécessaire à sa complétion. C’est ainsi qu’il m’a fallu une bonne cinquantaine d’heures pour finir DBZ Kakarot, une bonne grosse dizaines heures de plus, selon mon estimation, pour décrocher le fameux Platine, sachant que si vous souhaitez l’obtenir, vous serez obligé de farmer les points d’expérience et « monter » vos personnages au moins au niveau 95-100 (vous finissez le jeu en étant environ dans les lvl 75). A aucun moment, je n’ai pas eu l’impression de devoir farmer pour farmer, même si décrocher le trophée « réunir et demander un vœu à Shenron à dix reprises » vous demandera de la patience mais aussi un calme et une sérénité d’esprit, car cela vous demandera un peu de patience. Donc oui DBZ Kakarot propose du farm à l’ancienne mais je trouve qu’au final, c’est du « bon » farm. Un farm d’expérience et de compétences via les entraînements, d’orbes mais aussi d’ingrédients et de recettes de cuisine si vous voulez augmenter les statistiques de vos personnages. Tout ce beau contenu nous offre donc une durée de vie que je trouve pour ainsi dire un poil rachitique compte tenu que ce DBZ Kakarot n’est pas si complet que cela, quand bien même le compteur d’heures de jeu tourne à plein régime sans qu’on s’en rende réellement compte, signe d’un rythme pensé en amont qui, tout du moins de mon côté, ne m’a pas lassé le moins du monde.

Docteur Goku et Mister Freeze

Le système de Communauté qui vous offre des bonus suivant le niveau de rang atteint

Grande mode actuelle, les mécaniques du RPG propre sous tout rapport sont de la partie. Cela prend la forme des arbres de la communauté qui vous offriront différents effets suivant l’arbre que vous choisirez (de mon côté, j’ai choisi celui de Kaio afin de maximiser l’expérience acquise). L’idée des arbres de la communauté vous demandera donc de faire des associations de personnages afin d’obtenir des bonus augmentant votre barre de rang (par exemple, Tenshinhan avec Yamcha et Lunch, le trio Pilaf et Gohan avec Piccolo) et vous fera travailler votre connaissance des personnages de l’univers avec une redoutable efficacité. Du côté de l’arbre de compétences, il vous faudra donc amasser dans un premier temps des orbes (rouges qu’on trouve dans les déserts, bleus à proximité de l’eau et vertes dans les prairies) et qui peuvent être aussi récoltées dans les missions principales, afin de les échanger dans les arbres de compétences de chacun de vos personnages. Fort heureusement, le prix d’obtention des compétences n’est pas si élevé que cela et surtout, le jeu ne vous oblige en rien à les farmer, ce qu’il laisse à votre discrétion. Cela dit, si vous voulez l’arbre de compétences au complet d’un personnage en particulier, il faudra passer par la case entraînement, où le jeu vous demandera un petit combat en échange du déblocage d’une compétence bien précise. Il vous suffit juste d’avoir le niveau ou une ou des conditions requises et c’est tout, rien de bien méchant donc. Au passage, à aucun moment le jeu ne vous prend en main et vous pouvez jouer à votre rythme sans qu’il ne vous dise que vous devez absolument faire ceci ou cela. J’ai failli oublier de vous parler de l’un des gros points forts de ce DBZ Kakarot qui est son encyclopédie embarquée, formidable idée de la part du studio qui achève le constat que cet opus ne s’adresse pas qu’aux fans purs et durs et peut être découvert par des néophytes ne connaissant ni l’animé, ni le manga. Enfin, sachez qu’à l’instar d’un certain Anthem ou The Division 2, DBZ Kakarot vous demandera d’accomplir des petits défis appelés les enseignements de Tortue Géniale. Ils ne vous demanderont pas d’efforts sur-humains pour être accomplis et vous offriront des petites récompenses fort appréciables à condition d’aller tailler le bout de gras avec Tortue Géniale pour valider vos exploits.

Cell et poivre

Mais là où vous allez en baver, c’est bien dans les combats. Dans leur gameplay pour commencer, mais aussi dans la difficulté de certains échanges d’amabilité qui exigeront de vous une préparation avant d’aller distribuer des bourres pifs. Niveau maniabilité, DBZ Kakarot rappelle la saga Xenoverse mais propose un autre gameplay que je trouve loin d’être ergonomique et qui se « bloque » dans certaines situations assez extrêmes, dûes à une latence qui est franchement surprenante. Entre le moment où vous appuyez sur la touche et le moment où votre action s’enclenche, c’est assez particulier, sachant que c’est la première fois que je vois ça dans un JV estampillé DBZ – et même dans un JV tout court, même si c’est contrebalancé par un gameplay beaucoup plus profond que je ne l’aurais cru au départ. Une fois en combat, je me suis surpris à avoir plusieurs fois une totale liberté de mouvement, quasiment à la seconde près et par rapport à Xenoverse, je dois bien avouer avoir mené des affrontements assez dantesques, puisque j’ai pu être beaucoup plus réactif que je ne pouvais l’être dans les deux titres de Dimps. DBZ Kakarot ne révolutionnera certes pas la prise en main, mais se révèle beaucoup plus attrayant que je ne l’aurais cru. Une touche pour le corps a corps, une autre pour balancer vos kikohas, une autre pour reprendre votre Ki et ensuite une combinaison de touches pour balancer vos attaques spéciales. En jeu, ce n’est pas si difficile que cela peut paraître sur le papier et vous retiendrez plus ou moins bien tout ce que vous devez retenir, même s’il faudra bien vous préparer au combat… Sachez déjà que contre les gros ennemis (par exemple, à partir de l’arc Freezer, j’ai commencé à en baver contre le clan Ginyu), il vous faudra vous préparer et avoir des objets de soins ou des plats tout faits afin de reprendre de la vie. Surtout, être en forme, puisque les combats deviennent de plus en plus fatiguants et éreintants à mesure que vous vous rapprochez de la fin. Je peux vous dire que Kid Buu m’a laissé sur les rotules… Enfin, le très gros défaut, et qui à toujours été présent d’aussi loin que je me souvienne, c’est la caméra. Cette dernière n’en fait toujours qu’à sa tête et plus il y a d’ennemis en face, plus l’affaire se corse et même en étant assidu à l’action, il arrive bien souvent que cette dernière fasse tout son possible pour bien vous embêter.

Sachez tout de même que Cyberconnect2 à repris sa mécanique d’alliés au combat, comme dans ses Naruto Ultimate Ninja Storm, ce qui vous permettra de réaliser une sorte d’attaque ultime, appelé Combo Z, à condition de remplir une barre spécifique de votre ou vos alliés, ce qui peut s’avérer vraiment utile. Au passage, je remercie volontiers le studio de « couper » certaines attaques spéciales quand une cinématique se déclenche sans crier gare en plein combat, signe que votre adversaire va vous en faire baver avec une attaque conséquente. Les combats, tout du moins dans leur mise en scène respectant plus ou moins à la lettre les passages cultes de l’animé, restent vraiment intéressants à suivre mais ne représentent pas une si grande nouveauté dans leur mécanique de gameplay, tant on se retrouve à faire plus ou moins la même chose que dans les précédents DBZ « arcade » – les QTE en moins au passage. Les combats restent assez spectaculaires pour donner envie de poursuivre sans forcément pester devant son écran et ça, Cyberconnect2 peut pousser un ouf de soulagement. Il faudra juste revoir sa copie si suite il y a (je ne suis pas dupe quand au fait qu’une suite arrivera pour ce DBZ Kakarot).

Mystère et Buu(lle) de gomme

Développé sur l’Unreal Engine 4 (UE4), c’est encore et toujours les mêmes problèmes entourant ce moteur graphique qui ressortent. Là où un certain Days Gone s’était fait démonter justement parce que la masse des joueurs a préféré s’en prendre au studio, les mêmes problèmes ressortent dans DBZ Kakarot. Micro freeze, framerate aux fraises, textures baveuses, clipping, tearing, temps de chargements à chaque entrée et sortie de zone et même plus long que de raison, la liste est toujours la même, de productions en productions (coucou Star Wars Jedi Fallen Order) réalisées à partir d’un moteur graphique que je qualifie depuis le départ comme à la masse. Alors soit les studios ne savent pas développer sur l’UE4, soit il va peut être falloir se poser les bonnes questions à un moment donné. D’ailleurs, les soucis techniques peuvent être compréhensibles sur une PS4 fat mais maintenant que je réalise mes tests à partir d’une PS4 Pro, la question technique est devenue assez importante en ce qui me concerne. Je finis sur la question des graphismes, ce DBZ Kakarot n’est ni beau ni moche, il est juste convenable à l’œil et ne propose pas de nouveauté sur cette question bien précise selon moi. Tantôt plutôt normaux, il arrive que par moment, sur certains plans, j’admets volontiers que DBZ Kakarot offre des scènes vraiment superbes mais qui sont concentrées dans l’arc Buu en priorité.

Outre la technique d’un moteur graphique à la peine, je reproche aussi à ce DBZ Kakarot son manque de contenu. Oui entre les arcs principaux, les interludes, les quêtes secondaires, le farm de collectibles en tout genre, il y a réellement de quoi faire mais DBZ Kakarot me fait furieusement penser à un Jeu A Service du pauvre vu la promesse déjà officielle du studio de sortir beaucoup de mises à jour, avec un season pass en prime ! Pourquoi n’avoir pas intégré tout ou une partie des OAV en plus ? Ces derniers rentrent parfaitement dans les interludes entre chaque arc et auraient pu être le gros argument de ce DBZ Kakarot ? Pourquoi je parle des OAV ? Hé bien parce qu’en fin de partie, on retrouve deux personnages non canon issus de Dragon Ball Xenoverse (je pourrais également parler de Bonyu, le nouveau personnage créé pour ce Kakarot, et la présence inexplicable de C21, personnage créé pour Fighter Z…). Enfin, j’aurais bien aimé un listing des missions secondaires accomplies ou non, ainsi que le moment de l’histoire où elles sont situées, afin de m’y retrouver, sachant que certaines d’entre elles offrent des médaillons de communauté. En soit, sans le savoir donc, j’ai raté certains médaillons comme Tao Paï Paï pour ne citer que lui.

30 minutes de gameplay

Le test vidéo

 

Les Plus :

  • 4 arcs assez longs en matière de durée de vie et en grande majorité assez fidèles
  • 10 musiques officielles venant tout droit de l’animé, dont « Cha la head cha la » ré-orchestrée, vous voyez bien que ce n’est pas compliqué Bandai Namco Games
  • Les voix japonaises officielles, hé oui !
  • Grâce à des petits effets de mise en scène rappelant l’Animé, je le dis : oui, la nostalgie est bien présente une fois la manette en main
  • L’encyclopédie Z, outil redoutable pour les fans et celles et ceux découvrant l’œuvre à travers ce DBZ Kakarot
  • Un rythme de jeu qui m’a immergé, qui se partage entre un total sens de la liberté lors des interludes et une action non stop durant les épisodes
  • Des combats beaucoup plus tactiques, plus profondss et même assez éreintants durant l’Arc Buu

Les Moins :

  • DBZ Kakarot manque clairement de contenu, surtout en ce qui concerne l’absence des OAV et en sachant quel duo de personnages non canon nous retrouvons à la fin du jeu
  • Certaines quêtes secondaires où il faut limite avoir un pouvoir de divination pour les trouver…
  • L’Unreal Engine 4 sur la question de la technique, toujours aussi à la masse, ça ne change pas et ça ne changera jamais
  • Jamais autant « mangé » de temps de chargement que dans ce DBZ Kakarot O_o
  • Une censure habituelle, ça aussi ça ne change pas
  • La caméra, notre plus fidèle ennemie depuis plus de trois générations de JV DBZ
  • Le end game, faut le vouloir le Platine/1000G…

Pour être tout à fait franc avec vous, je suis partagé sur ce DBZ Kakarot. Partagé entre le sentiment par lequel la licence fait un surplace évident dans le JV, pour un genre que je qualifie volontiers comme étant un cahier des charges qui coche toute les bonnes cases les unes à la suite des autres. Et partagé sur le fait de vous dire que oui, DBZ Kakarot a atteint l’objectif que j’avais placé en lui, c’est à dire de m’occuper alors que je me m’ennuie royalement et spectaculairement. De la nostalgie, je l’ai ressentie, je ne le nie. La petite poussière dans l’œil en prime au passage. Mais DBZ Kakarot, mis à part un gameplay dans les combats qui mérite cependant d’être un peu plus creusé, n’apporte finalement rien de nouveau. La note que je lui accorde, il faut avant tout la voir comme une sorte d’encouragement, destiné à Cyberconnect2. Libre à vous de l’interpréter comme vous le souhaitez.

 

La note : 

Test, vidéos et screenshots réalisés à partir d’une version PS4 commerciale achetée par mes soins, avec une PS4 Pro.

Agent Jensen

%d blogueurs aiment cette page :