Frostpunk – Le test sur Playstation 4

Catégories : Stratégie

Plateformes : PS4, Xbox One, PC

PEGI : 16

Langues : Audio Anglais, textes en Français et autres

Taille : 3,6 GB

Date de publication : 11/10/2019

  Développeur : 11Bit Studios

Éditeur : 11Bit Studios

Disponible en téléchargement et en boîte

 

Développé par 11 Bit Studios, une équipe basée en Pologne, un pays où les hivers sont rudes, Frostpunk n’est pas un jeu pour les dépressifs. A l’instar de This War of Mine, leur précédent titre, celui-là même qui les a fait connaître, désespoir et morts seront les maîtres mots. Suite à une apocalypse météorologique, l’humanité subsiste comme elle peut, et à l’inverse de ce qui se passe dans le monde réel, dans Frostpunk la Terre refroidit de manière destructrice pour toute forme de vie. Votre mission sera de faire survivre votre petite communauté par tous les moyens possible, même les plus immoraux.

Mélange de 4X (jeu dont le gameplay est basé sur quatre principes : exploration, expansion, exploitation et extermination) et de jeu de gestion plus classique, le gameplay de Frostpunk est à la fois très simple et extrêmement complexe. Les possibilités sont nombreuses et ce dès le début de partie, vous obligeant à anticiper énormément chacune de vos décisions, vos choix seront décisifs aussi bien sur le court que le long terme. Pour cette raison, malgré un didacticiel peu complet mais bien présent, je ne recommande pas le titre à un néophyte du genre. Ceci étant dit, vous commencerez par le premier scénario nommé “Un Nouveau Départ”, autant vous le dire tout de suite, votre première partie sera chaotique.

Frostpunk est l’antithèse d’un jeu fun, je ne dis pas que vous ne passerez pas du bon temps dessus, simplement que, pour prendre un exemple parlant, les ressources que vous récolterez ne vous serviront pas à vivre mais à survivre, l’échec, lors des premières sessions, sera quasiment de l’ordre de l’obligation.

Pour parvenir à maintenir un semblant de civilisation, plusieurs outils seront à votre disposition, tout d’abord la possibilité de promulguer des lois. Celles-ci auront pour la plupart deux versions, l’une pragmatique et l’autre plus humaniste mais dans tous les cas, un sacrifice devra être fait, à vous de voir si vous préférez manger de la soupe à la sciure de bois où manger de la bio’ un jour sur deux. Le nerf de la guerre c’est ce générateur qu’il faudra parvenir à maintenir allumé le plus possible, et pour ce faire, vous devrez étendre votre ville et ne pas hésiter à explorer ses environs afin de trouver de précieux Steamcores, sachant que ces derniers seront primordiaux au fonctionnement de certains bâtiments. L’autre partie délicate à gérer sera votre population, serez-vous une main de fer dans un gant de velours ou un marteau brisant toute révolte ? Le mécontentement de vos survivants est un point à ne sûrement pas négliger et chacune de vos actions aura une conséquence sur celui-ci. D’autant que plus le temps passe plus la température baisse, complexifiant encore le gameplay. Vous l’aurez compris Frostpunk est pour le moins ardu, malgré la présence de différents modes de difficultés allant du “facile” au difficile.

Dans ce XIXème siècle uchronique la Terre est en grand danger, votre terrain de jeu sera la Grande Bretagne de l’époque industrielle, le titre propose donc une ambiance Steampunk (la dénomination du jeu n’est évidemment pas innocente). Votre petite colonie décide de quitter Londres afin de s’établir dans un cratère avec pour seul sauveur possible un gigantesque générateur et ce dernier sera primordial à votre survie. Les différents scénarios sont au nombre de 4, de quoi tenir entre 15 et un peu plus de 20h selon votre faculté à anticiper et maintenir votre colonie en vie. Un mode sans fin est présent afin de prolonger le plaisir, si je puis dire. Le Season pass, dont le premier épisode est sorti récemment sur PC, est en revanche absent pour le moment.

Sur PS4 pro le portage est véritablement irréprochable, je n’ai noté aucun soucis de fluidité, le jeu se permet même d’afficher des textures très correctes. Globalement, que ce soit artistiquement ou visuellement, Frostpunk est agréable à regarder. Enfin, si on fait fi de la montagne de cadavres qui s’amoncellent au gré de nos erreurs de gestion.  Au niveau sonore la musique est discrète mais accompagnera vos heures de jeu comme il se doit en insufflant encore un peu plus ce sentiment de désolation et de détresse. Le bémol, car il y en a un malgré tout, est la taille des sous-titres, ridiculement petite, et malheureusement aucun moyen de régler ce paramètre au combien important dans ce genre de jeu vidéo. En espérant un patch éventuel, en l’état, il est très difficile de lire confortablement les menus qui s’offrent à nous si l’on joue au fond de son canapé ou à partir du moment où vous vous situerez à plus d’un mètre de votre écran. Regrettable.

Frostpunk est une véritable plongée dans la froideur d’un monde en décrépitude où il ne vous sera fait aucun cadeau. Jeu de gestion plutôt (bien) scénarisé et aux mécaniques complètes, il fera le bonheur des accros à la réflexion, qui ne veulent pas d’un titre qui les prend par la main. Parcouru par des choix cornéliens, Frostpunk vous interrogera sur votre propre humanité, vous apprenant ce que vous feriez à la tête d’une civilisation en pure perte qui vit peut être son dernier souffle. Le portage est de qualité malgré ce soucis notable de manque de lisibilité des textes, ne laissez pas ce détail vous freiner et tentez l’aventure. Que vous parveniez ou non au terme du scénario vous n’en sortirez pas indemne, et surtout, couvrez vous.

Test réalisé par Shepard sur une version offerte par l’éditeur.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :