Mochi Mochi Boy – Le test sur Playstation 4

author image by Midnailah | Tests | 1 Comment | 17 Août 2019

Catégories : Casse-tête, Puzzle

Plateformes : PS4, PS Vita, Switch, Xbox One, PC

PEGI : 3

Langues : Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Russe

Taille : 184,22 MB

Date de publication : 17/07/2019

  Développeur : Pixelteriyaki

Éditeur : Ratalaika Games

Disponible en téléchargement uniquement

 

Mayday ! Le diable en personne a enlevé les amis de Mochi ! Il faut dire que les petits imprudents se sont aventurés sur la propriété du vilain, il a donc capturé ces petits êtres tout mignons pour les enfermer chacun dans un coffre. Tous sauf Mochi, qui a maintenant pour mission de délivrer ses 100 amis qui se trouvent prisonniers dans les 138 étages que comptent les lieux.

Mochi Mochi Boy ne ressemble pas à ses comparses arrondis, il a la faculté de s’allonger et c’est cette possibilité qui va lui permettre d’arpenter les étages de la tour du diable et de délivrer ses amis. Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessus afin de comprendre la mécanique du jeu par l’image. Chaque niveau débute à un point A et vous devez atteindre le point B afin de passer au suivant et parfois délivrer un des potos du protagoniste. Pour ce faire, il y a différentes règles à respecter. Chacun des casse-têtes se présente sous la forme d’un carré composé de cases. Il est possible de passer sur certaines, tandis que d’autres sont inaccessibles. Vous devez couvrir l’intégralité des cases disponibles (chaque case utilisée est « peinte » sur votre passage), sans avoir la possibilité de repasser sur une case déjà traversée, ni de revenir sur vos « pas » (Mochi ne marche pas, il glisse). Lorsque vous passez sur le coffre  qui peut se trouver dans le niveau que vous explorez, un de vos amis les slime est libre, mais pour valider votre exploit, il faut atteindre la sortie (entendez par là la dernière case sur laquelle vous allez faire passer votre héros). Ça vous paraît simple ? Que Nenni !

Si les premiers niveaux sont effectivement très, très simples, la difficulté va augmenter, tout d’abord avec des obstacles de plus en plus nombreux, puis placés de telle manière à vous laisser pantois. Il y a également certaines cases situées sur les bords qui peuvent vous emmener à l’opposé du niveau, comme dans notre bon vieux Pacman par exemple, et qui représentent la seule manière de progresser sans retourner sur vos pas ou repasser sur une case déjà repeinte. Un exemple concret dans la vidéo qui suit !

Puis, des duos de portails de même couleur vont vous permettre de vous déplacer de l’un à l’autre, passage obligé pour venir à bout de votre niveau. Si vous avez mal jaugé les mouvements à réaliser, vous vous faites éjecter et recommencez votre parcours. Vous pouvez également choisir d’abandonner de vous-même si vous constatez votre erreur, via le bouton dédié de la manette (le carré sur Playstation 4), afin de reprendre au début du niveau.

Toute cette description concerne le mode Tour. Un mode Donjon est également disponible, le niveau de difficulté y monte d’un cran. Le principe de base reste le même, mais l’aventure est plus salée, vous gratifiant des sempiternels pics, de bombes, de slimes hostiles, le tout en arpentant des niveaux à génération aléatoire que vous devez boucler dans le temps imparti. Simple n’est-il pas ? Notez que, si durant le premier quart du jeu, la progression est relativement simple, ça se complique ensuite. D’ailleurs, le platine est dans la poche dès le niveau 30, une facilité d’obtention remarquable compte tenu du nombre total de niveaux et de la courbe de difficulté qui s’accroît justement à partir du platine.

Les Slime

Mochi Mochi Boy ne s’encombre de rien, c’est un jeu qui va à l’essentiel : Il est là pour nous faire réfléchir, travailler notre logique et notre matière grise, le tout avec des textes en français s’il vous plaît. Ceci dit, il est possible de lui reprocher la redondance de ses environnements et une ambiance sonore pas très agréable et répétitive elle aussi. Les développeurs ont misé sur les Slime, les amis de Mochi Boy, pour apporter de la diversité, chacun ayant son propre design et pouvant d’ailleurs être admiré dans la galerie dédiée présente dans le menu. Une fois le jeu terminé, l’ensemble laisse malgré tout une impression positive, car le titre sait se faire addictif et satisfaisant. Le jeu peut aussi bien plaire à ceux qui cherchent à travailler leur logique, qu’à ceux à la recherche d’un défi plus grand. Avec des graphismes ainsi qu’une bande son plus plus travaillés, Mochi Mochi Boy aurait gagné 1 ou 2 points sur sa note finale.

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Ratalaika Games.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :