Nioh 2 – Le test sur Playstation 4

Catégories : Action-RPG

Plateformes : PS4

PEGI : 18

Langues : Audio en français ou japonais et textes en français

Taille : 35,87 GB

Date de publication : 13/03/2020

  Développeur : Team Ninja

Éditeur : Koei Tecmo

Disponible en téléchargement et en boîte

 

En février 2017, quand sort le premier Nioh, personne n’attendait le jeu de la Team Ninja. Nioh avait été annoncé 10 ans auparavant et avait eu un développement très très difficile (plusieurs studios s’y sont cassés les dents). Pourtant, quelle fut la surprise des joueurs quand le jeu « Darksoulisé » dans un Japon médiéval fantastique se révéla être bon voire très bon. Malgré quelques faiblesses techniques, Nioh proposait un système de combat intéressant et un palliatif plus que correct aux adorateurs de From Software.
Fort du succès du premier opus, Koei Tecmo décide aujourd’hui de sortir un Nioh 2. Le problème est que, entre-temps, tout le monde attend au tournant cette suite et que la verticalité/souplesse de Sekiro sont passées par là. Nioh 2 réussit-il à confirmer la réussite du premier opus ? Réponse dans ces quelques lignes.

&

Allons droit au but, ce Nioh 2 ne révolutionne absolument pas la formule action-RPG du premier mais il préfère en peaufiner tous les mécanismes.
Comme dans le précèdent épisode, les postures sont de retour. Elles sont au nombre de trois. La posture haute favorise l’attaque avec des coups plus puissants mais une défense faible, la posture basse privilégie la défense au détriment de l’attaque. Quant à la posture moyenne, elle est une sorte d’entre-deux. Évidemment, selon les combats, il faudra pouvoir jongler entre les différentes postures pour augmenter les chances de victoires… Et elles sont bien minces dans Nioh 2.

Tout comme le premier Nioh, la Team Ninja a placé la barre haut sur le champs de la difficulté. Le moindre coup reçu peut être synonyme d’une mise en danger immédiate. Le moindre recoin du décor est potentiellement mortel. Les différents monstres (les Yokai) et les ennemis humains peuvent vous surprendre à tout moment et parfois en groupe. De plus, les adversaires ont maintenant une « chope » qui fait très très mal… L’aventure dans Nioh 2 ne sera pas de tout repos. Et pour ceux qui n’aiment pas réessayer plus de 20 fois un même boss ou une même zone, ce jeu n’est peut-être pas fait pour eux. Dans Nioh 2, il n’y a pas de mode facile mais un apprentissage parfois douloureux pour réussir à passer son chemin.

Cependant, Nioh 2 tente de « faciliter » (rires) la vie du joueur avec une nouvelle mécanique, l’Anima. En collectant des âmes durant l’exploration ou les combats, la jauge Anima (celle en dessous de la barre de vie et d’endurance) se remplit et permet à votre personnage de se transformer en Yokai durant un laps de temps. Les coups donnés font beaucoup plus mal et cette transformation régénère quelque peu votre santé. Mais ne vous emballez pas trop, la transformation en Yokai durant un combat n’assure absolument pas une victoire.
La jauge d’Anima accorde également une technique primordiale dans Nioh 2 si vous voulez rester en vie, le contre. Dès que les belligérants sont entourés d’une lueur rouge, c’est le moment de les contrer en appuyant sur R2+rond. Cela permet de grignoter la barre d’endurance et de santé. Et le contre fonctionne sur n’importe quel ennemi du jeu, alors si vous voulez gagner, apprenez à le maîtriser.
De surcroît, pour vous aider face aux innombrables dangers, il est possible d’invoquer dans sa partie deux amis en co-op ou même d’invoquer le personnage de n’importe quel joueur de Nioh 2 en cliquant sur les tombeaux bleus en échange de « coupes Ochoko » assez rares à trouver.

Honnêtement, au premier abord, il peut paraître impossible de relever le défi mais à l’instar d’un Sekiro, la courbe d’apprentissage est progressive surtout au début de l’aventure. On se met à sourire quand on commence à comprendre les patterns des boss ou même des quelques Yokai pénibles. C’est même jouissif de harceler l’ennemi en attendant qu’il vous charge pour pouvoir le contrer et ensuite le terrasser d’un finish bien sanglant. Nioh 2 sait donner du plaisir mais il faudra s’investir un peu.
L’investissement dans Nioh 2 ne concerne pas seulement l’apprentissage des combats mais également l’aspect RPG du titre. Une fois encore, Koei Tecmo nous gâte avec d’innombrables armes et pièces d’armure à ramasser tout au long du jeu. Vous en avez marre de votre duo katana/lance, vous pouvez opter pour le duo hache/nodachi. Le problème est que cette profusion d’armes/armures à ramasser comporte des avantages et des inconvénients. L’avantage c’est de pouvoir changer rapidement sa manière de jouer selon l’ennemi en face. Les inconvénients sont qu’il n’est pas possible pour votre personnage de se balader avec toutes les armes récoltés (le poids des armes a une influence sur la barre d’endurance) et qu’après chaque combat, il faudra systématiquement upgrader son arme/armure. Je schématise un peu mais ce n’est pas loin de la vérité. On trouve une hache assez puissante et deux combats plus tard une autre hache encore plus puissante pointe le bout de son nez obligeant ainsi le joueur à changer. Ce loot permanent peut être agaçant pour ceux qui préfèrent faire une bonne partie de l’aventure avec quelques armes seulement. Surtout que la navigation dans les différents menus du jeu n’est pas aisée (menus, sous-menus, sous-sous-menus…).

Concernant les autres aspects RPG, Nioh 2 reste dans le classique avec des points de compétence pour augmenter sa force, sa magie, son endurance ou autres après chaque montée de niveau. Il est également possible d’apprendre de nouvelles techniques de combat pour chaque posture et selon l’arme utilisée. Enfin bref, c’est du classique mais c’est très efficace pour faire ressentir une petite montée en puissance de votre personnage.

Pour jouer à Nioh 2, la Team Ninja propose plusieurs modes qui auront une influence sur les graphismes et le frame rate du jeu. Tout d’abord, vous avez le mode action qui stabilise le jeu à 60 FPS (rarement pris en défaut) au détriment des graphismes, le mode vidéo qui propose une résolution supérieure mais avec un frame rate à 30. Quant au troisième mode, le mode « vidéo (taux d’images variable) » stabilise une résolution mais avec un frame rate jamais stable. Ces précisions faites, pour les besoins du test, le jeu a été fait sur PS4 Pro et essentiellement en mode action. Dans un jeu comme Nioh 2, les FPS sont plus importants que des graphismes un peu datés.

Effectivement, à l’instar de son aîné, Nioh 2 ne brille pas par son esthétisme même si des efforts ont été fait. Les monstres sont plus détaillés et mieux inspirés. Certains décors sont vraiment sublimes. Malheureusement, l’effort fourni sur les graphismes n’est pas toujours mis en valeur, pris en défaut par un level design toujours aussi paresseux (des couloirs essentiellement) et qui commence tout doucement à sentir la naphtaline. Heureusement, Team Ninja offre un peu plus de verticalité dans ce second opus avec des passages sur des toits et autres hauteurs qui obligent le joueur à penser différentes approches. A l’évidence, nous sommes bien loin des envolées du Loup de Sekiro mais c’est appréciable d’avoir un peu moins les pieds ancrés au sol.

En conclusion, Nioh 2 repose avant tout sur ses propres mécanismes, déjà aperçus dans le premier. La Team Ninja a surtout voulu peaufiner en ajoutant la barre d’Anima qui apporte un vrai plus au niveau des combats. Cependant, les ajouts restent mineurs et cela donne parfois l’impression d’expérimenter un jeu qui aurait pu être un simple add-on. De plus, le Japon médiéval fantastique imaginé dans Nioh 2 prend du plomb dans l’aile depuis l’année dernière avec Sekiro et sa direction artistique complètement folle.
Mais ne boudons pas notre plaisir, malgré les crises de colère face à des boss vicelards, il est toujours autant jouissif d’accorder le coup final après de longues minutes d’une bataille acharnée. En ce sens, Nioh 2 est une réussite totale.

 

8/10

 

Test réalisé par Gwoka, merci à Julien Bourey  et Playstation France pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :