Röki – Le test sur PC

Röki

Catégories : Aventure, Puzzle

Plateformes : PC

PEGI : 12

Langues : Textes en français disponibles

Taille : 5 GB requis

Date de publication : 23/07/2020

  Développeur : Polygon Treehouse

Éditeur : United Label et CI Games

Disponible en téléchargement

 

Röki, ou l’art et la manière de me séduire avec une Direction Artistique… Il a suffit de quelques images pour me convaincre de me pencher sur ce jeu et ainsi découvrir que l’aventure proposée était inspirée du folklore scandinave. Et Il ne m’en a pas fallu plus pour me motiver à me lancer et aller voir ce que le studio Polygon Treehouse avait imaginé pour nous.

Nous faisons connaissance de Tove, une jeune fille qui vit avec son petit frère Lars et un père aimant qui semble cependant noyer son chagrin dans l’alcool, suite au décès d’un proche. Tous vivent une vie tranquille teintée par la tristesse engendrée par cette perte, dans une maison isolée au confort sommaire, entourés par un paysage enneigé et le froid ambiant, jusqu’au jour où un évènement extraordinaire va bouleverser leur vie.

&

Deux éléments vont se démarquer lors de nos débuts dans l’aventure, à commencer par cette Direction Artistique faite d’aplats de couleur et de simplicité qui n’a pas été sans me rappeler Eqqo ou bien Creature in the Well, deux titres au style différent que j’ai eu l’opportunité de tester. Le choix des coloris, leur association donnent un résultat à l’esthétique sobre et apaisante. Ce même minimalisme va se retrouver dans la bande son, qui va marier de simples onomatopées – par ailleurs très expressives, mention spéciale à l’équipe de doublage qui parvient à transmettre ce qui doit être transmis avec un simple son – prononcées par les protagonistes, tandis qu’un unique mot sera présent de-ci de-là (comme « yes! »). Les bruitages et de jolies musiques accompagnent également l’ensemble, pour un résultat des plus réussis.

Le second élément qui se démarque est cette recherche d’accessibilité. Röki présente les mécaniques que l’on retrouve dans les Point’n click et demande de collecter des objets à utiliser tels quels ou à associer entre eux afin de parvenir à progresser dans l’aventure. Chacun d’entre eux va se placer dans le sac-à-dos de Tove, élément du menu dans lequel ils vont transiter le temps de trouver leur utilité ou de les associer à d’autres objets afin d’en créer un nouveau, simplement en faisant glisser votre souris ou en actionnant le joystick dédié. De plus, il est possible d’utiliser une fonction qui met en surbrillance les objets qui nécessitent une interaction, tout est donc fait pour que l’immersion dans l’histoire ne soit pas interrompue par une difficulté trop grande à progresser. Dans ce même esprit, il est possible de connecter ou déconnecter une manette à n’importe quel moment de votre partie, sans aller dans l’interface. Notez cependant que le duo clavier-souris est bien optimisé – on n’en attendait pas moins – là où le pad a cet inconvénient de rendre les déplacements de votre protagoniste moins précis et fluides.

Toujours dans la même optique, si la résolution des énigmes, indispensable à votre progression demande régulièrement de revenir dans une zone précédemment explorée, afin de mettre à contribution un objet nouvellement obtenu, créé ou rendu fonctionnel, il va vous être possible d’utiliser la fonction fort bien nommée “voyage rapide” – les temps de chargement sont quasiment invisibles – afin de vous éviter des allées et venues potentiellement pénibles.

Et l’histoire dans tout ça ? Comme spécifié plus haut, Röki est inspiré du folklore scandinave et tout en nous invitant à mener une quête d’importance, le titre va aborder en parallèle des thèmes plus terre-à-terre et sérieux qui, peut-être, feront écho en vous et vous impliqueront dans ce que Polygon Treehouse souhaite vous transmettre tout au long de la douzaine d’heures nécessaires pour aller au bout de l’aventure. Il est cependant à noter l’arrivée de nouveaux éléments de gameplay qui viennent modifier la manière d’appréhender le jeu durant les dernières heures, changements qui peuvent rendre la fin de l’expérience plus complexe.

Röki a été conforme à ce que j’espérais du point de vue de la Direction Artistique, qui n’a jamais été prise en défaut et fort bien accompagnée par la bande sonore dans son ensemble. L’exploitation des éléments du folklore scandinave ainsi que l’univers du jeu ont fait de l’expérience un voyage plaisant, intéressant, soutenu par des thématiques sérieuses et même s’ils ne représentent pas les fondements du titre, les thèmes abordés apportent de la profondeur à l’histoire. Reste cependant des points qui ont pu présenter une gêne, comme le manque de lisibilité de certains éléments dans l’environnement et par conséquent de nos objectifs, ce malgré l’utilisation de l’aide offerte par la surbrillance, ou la fluidité des déplacements du personnage qui restent en retrait par rapport à l’ergonomie du reste des commandes.

Test réalisé par Midnailah, merci à Cosmocover pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :