Stranded Sails : Explorers of the Cursed Islands – Le test sur Playstation 4

Catégories : Aventure, Gestion, Survie

Plateformes : PS4, Switch, Xbox One, Steam

PEGI : 7

Langues : Textes en français et autres

Taille : 593,76 MB

Date de publication : 17/10/2019

  Développeur : LemonBomb Entertainment

Éditeur : Merge Games

Disponible en téléchargement et en boîte

 

Qui n’a jamais rêvé de vivre les aventures de Robinson Crusoé, bien assis confortablement sur son canapé ? Stranded Sails : Explorers of the Cursed Islands vous le propose. Dans la même veine que Harvest Moon et My time at Portia, ce jeu vous ouvre les portes d’un monde coloré mais malgré tout dangereux et mystérieux.

Tout commence le jour où vous suivez votre père dans l’une de ses expéditions. Mais la mer ne vous laissera pas atteindre votre but premier. Vous vous échouerez sur un archipel d’îles qu’il va falloir explorer.
Comme un bon petit naufragé, il vous faudra apprendre à survivre en milieu hostile, grâce aux outils qui vous seront confiés. Retrouver votre équipage, construire des abris, et pourvoir la communauté en nourriture, seront les premiers pas vers bien d’autres aventures. Les ressources ici économisées, seront intelligemment redistribuées pour la suite.
On notera au passage l’absence de cinématiques au profit d’une simple narration. C’est un choix appréciable.

Un équipage heureux participera à l’amélioration du camp

&

Le gameplay est un élément fondamental de tout jeu mais encore plus pour ceux de gestion et de survie. Vous aurez une palette assez large d’éléments à gérer. L’utilisation des objets n’est pas un frein pour apprécier ce jeu, en effet les développeurs l’ont pensé à la fois ergonomique et intuitive. Par ailleurs un objet peut être atteint de différentes façons, à vous de trouver votre confort.
Vous partirez parfois loin dans vos explorations, et vous trouverez avec plaisir cette sympathique fonctionnalité du retour automatique au campement (avec sa barque c’est encore mieux !). Même idée pour la gestion du seau d’eau afin d’arroser vos champs de légumes, une fois rempli il s’avèrera inépuisable tant qu’on le garde en main. L’outil longue-vue vous sera fourni, mais il ne permettra pas de visualiser suffisamment votre environnement, par contre il vous évitera parfois quelques déplacement inutiles. Voici quelques indices qui vous montrent que ce jeu a été bien réfléchi au niveau de son équilibrage.
Des minis-jeux sont implantés pour rendre plus ludiques certaines activités comme la pêche ou la cuisine. La bonne idée viendra de l’utilisation du système de mastermind pour la préparation des recettes. Par contre, on aurait aimé que le curseur soit plus libre dans les menus d’artisanat.

Votre père compte sur vous !

Au niveau de la difficulté, c’est là aussi un point positif du titre. Elle évoluera graduellement et intégrera de nouvelles notions au rythme des petites quêtes proposées. Celles-ci seront assez variées. Par contre, étant naufragé, vous serez bloqués dans l’archipel où vous échouerez, ce qui donnera parfois l’impression de faire beaucoup d’allers-retours dans les mêmes endroits. Malgré tout l’intérêt de ces trajets réside dans le fait que certains produits ne sont pas disponibles sur votre île principale mais uniquement durant vos expéditions. Les caisses se rempliront de nouveau, ils ne faudra pas hésiter à retourner fouiller dans des endroits déjà visités.
Des éléments collectibles vous seront proposés, on verra ça plutôt comme un moyen d’agrémenter en épices un plat qui se révèle déjà complet.
On exclura vite les petites fautes d’orthographe que l’on peut croiser et les problèmes de genre dans les dialogues (« Merci mon cher » alors que vous avez choisi d’être une femme). Le petit hic plus notable viendra du système de sauvegarde, il vaudra mieux laisser la place à la sauvegarde automatique car il n’y pas vraiment de scission entre les menus charger et sauvegarder. Ce sera plutôt un seul menu qui fait les deux, et vous pourriez charger par erreur plutôt que de sauvegarder.

Votre sac devra être rempli avant de partir en expédition

Si vous êtes amateurs de mignonnerie, vous serez servis. Cet univers est coloré et lumineux. Vous pourrez retrouver le cycle jour/nuit qui est indispensable pour l’ambiance exploration et survie. La caméra fixe n’est, la plupart du temps, pas gênante, sauf quand on arrive en pleine mer et qu’il est difficile de discerner la hauteur des vagues.
L’ambiance sonore est un vrai plus de Explorers of the Cursed Islands. On remarque très peu la redondance de la musique principale. D’autres musiques sont disponibles selon les lieux traversés. Les bruitages, quant à eux, sont très variés et bien travaillés, ce qui permet de rendre l’environnement vivant.

Que peut-il bien se cacher dans cette grotte ?

Après plusieurs heures passées aux commandes du protagoniste, le gameplay parvient encore à se renouveler. De plus, un des nombreux atouts du titre réside dans cette faculté à avancer sans avoir besoin de faire de grosses sessions de jeu, il conviendra donc aux joueurs occasionnels. Adeptes des jeux du genre avec peu de temps à y consacrer, vous aurez ainsi en main une expérience plaisante avec une bonne sensation de progression. Si vous aimez les jeux mignons mais avec une réelle difficulté, alors foncez !

Test réalisé par Lynaua sur une version offerte par Merge Games et Just For Games.

Merci à eux !

%d blogueurs aiment cette page :