Jack N’ Jill DX – Le test sur Playstation 4

Catégories : Plateforme, Aventure

Plateformes : Playstation 4, PS Vita, Switch

Langues : Textes en Français, Japonais, Anglais, Allemand, Espagnol, Russe, Chinois

Taille : 95,78 MB Cross-play PS4 et Vita

Date de publication : 26/09/2018

  Développeur : Rohan Narang

Éditeur : Ratalaika Games

Prix : 4,99€ en téléchargement

 

Rohan Narang est un développeur indépendant, adepte des bons vieux titres Gameboy et NES, dont il s’inspire pour la réalisation de ses jeux. Jack N’ Jill ne fait donc pas exception, avec sa touche graphique retro assumée : comme il le dit lui même, il conçoit des jeux dans l’esprit de ceux dont il est nostalgique.

C’est ainsi qu’il nous invite à incarner Jack, séparé de sa belle Jill, afin de parvenir à la retrouver à chaque fin de niveau. Le pauvre bougre, sa dulcinée à peine retrouvée, il la voit disparaître à nouveau et doit encore et encore repartir la chercher, évidemment sur une route semée d’embuches. Cependant, dans le monde de Jack N’ Jill, il y a une justice : à son tour la demoiselle partira à la recherche de son bien-aimé. Non mais oh.

Une des particularités du gameplay est que vous utilisez une seule et unique commande, le bouton A. Chaque niveau débutera par une pression sur le dit bouton, qui va vous permettre de lancer votre protagoniste dans l’aventure, puis de sauter et d’utiliser stratégiquement les murs. L’autre particularité réside dans les déplacements du personnage que vous jouez : à partir du moment où son parcours est mis en route, il avancera sans intervention de votre part, vous ne pourrez ni l’arrêter, ni lui faire changer de direction. Le seul moyen pour lui de faire demi-tour sera de heurter un mur. Le concept est aussi simple qu’efficace, nécessitant un timing sans faute et une analyse rapide des obstacles. A moins d’être muni d’un cerveau dont la performance va vous élever au niveau d’une IA des plus perfectionnées, il faut vous attendre à vivre un effet die and retry inhérent à la mécanique du jeu. Si ce type de gameplay vous frustre au possible, rassurez-vous, dans le cas présent le dosage de la difficulté est équilibré et même si elle va crescendo, elle ne vous poussera pas à quitter la partie, d’autant plus que les niveaux vont comporter des check-points apaisants.

Vous trouverez sur votre chemin les obstacles classiques des jeux de plateforme (ennemis, objets piquants, trous cachés qui vous tuent instantanément, éléments entravant votre visibilité et autres joyeusetés). Ceci dit, les petits êtres gênants peuvent aussi s’avérer utiles, de la même façon que les propulseurs que vous allez rencontrer en améliorant vos jumps afin d’accéder à la suite du niveau.

De plus, des power-ups sont de la partie, clairement Mario-like, tout comme bon nombre d’éléments du jeu. Quand on dit que Rohan Narang puise son inspiration dans ce qu’il aime…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous en aurez pour votre argent ! Ce sont 140 niveaux répartis dans les 7 mondes que comporte le jeu, chacun finalisé par un mini-jeu coûtant 100 pièces et vous permettant de récupérer des tickets, que vous pourrez les utiliser dans la boutique pour débloquer des chapeaux divers afin de coiffer vos personnages et des teintes d’écran pour une touche de couleur. Lorsque vous aurez bouclé l’aventure, un mode miroir viendra brouiller vos repères et comblera les plus motivés, qui verront logiquement doubler une durée de vie déjà conséquente pour le genre (une moyenne de 7 à 8 heures pour l’aventure principale). A moins de 5€ le jeu, le rapport temps / prix est plus que correct.

Cette version DX du jeu original Jack N’ Jill a été visuellement améliorée, afin de lisser l’aspect pixelisé de son prédécesseur. Le souhait était d’offrir des graphismes plus ronds et chaleureux tout en gardant le style rétro du titre et c’est réussi. Le contraste noir / blanc bénéficie de l’amélioration graphique pour des formes plus nettes et agréables à regarder. Un bémol cependant : pas de changement dans les décors, chaque monde a le sien mais leurs détails restent identiques dans tous les niveaux qui le composent. Concernant les musiques, le parti-pris est le même, vous serez accompagné par le même son 8-Bit durant tous les niveaux d’un même monde, ponctué de bruitages au volume un poil trop élevé, sans possibilité de réglage.

 

Un titre étonnant, faisant partie de ces jeux ultra minimalistes aux graphismes et actions réduits à leur plus simple appareil, mais qui ont le génie de vous embarquer pour un gameplay ingénieux et addictif. Jack N’ Jill entre dans la catégorie des titres à la fois poids plume et poids lourd de l’univers du jeu vidéo : concept simplissime mais diablement efficace qui jamais ne vous ennuiera. Les défauts du titre ne sont pas suffisants pour en déconseiller l’achat, à acquérir sans hésitation, que vous ayez la fibre rétro ou pas !

Test réalisé par Midnailah sur une version offerte par Ratalaika Games

Merci à eux !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :