Hotshot Racing – Un hommage spectaculaire à Virtua Racing

Hotshot Racing

Catégories : Course

Plateformes : PC, PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch

PEGI : 3

Langues : Textes en Francais

Taille : Environ 10 Go

Date de publication : 10/09/2020

  Développeur : Sumo Digital

Éditeur : Curve Digital

OutRun, Daytona USA, Top Gear ou encore Virtua Racing… Ces sagas qui ont disparu des radars subsistent encore et toujours dans le cœur des joueurs. Elles ont marqué leur temps en faisant évoluer, à leur manière, le jeu vidéo, en proposant notamment des gameplay dynamiques boostés en adrénaline. Aujourd’hui, même si les licences semblent mortes et enterrées, les souvenirs de ces titres iconiques ayant épuisé notre argent de poche à la fin des années ’80 et au début des années ’90 renaissent de temps à autre par le biais de productions indépendantes particulièrement réussies et surtout ancrées dans une époque que l’on pensait révolue. On fait bien évidemment référence à Horizon Chase Turbo qui a réussi à nous surprendre en 2015 sur mobiles puis en 2018 sur PC et consoles ou encore à Hotshot Racing, notre sujet du jour.

On Drift Dans Hotshot Racing

UN GAMEPLAY SANS FAUSSE NOTE

Disponible depuis quelques semaines maintenant, Hotshot Racing s’apparente tout simplement comme le fils spirituel du bon vieux Virtual Racing. Il suffit donc de lancer le jeu pour se rendre compte qu’Hotshot Racing dégage une énergie venue d’un autre temps. Une énergie qui fait bien évidemment forte impression et ce, dès les premières courses. La dernière création de Sumo Digital, reprenant à la lettre la recette établie par Yū Suzuki en 1992 donc, se prend en main en quelques secondes seulement, et les bolides, mis en avant par des effets en tout genre, glissent à toute vitesse sur l’asphalte dans des décors somptueux en low polygon. L’impression de vitesse est d’ailleurs l’une des plus grandes réussites d’Hotshot Racing, et ce, quel que soit l’angle de vue choisi. Puisqu’encore une fois, à l’image de son modèle, Hotshot Racing propose tout un tas de vues différentes, dont la vue cockpit, particulièrement jolie, mais avare en sensation. De notre côté, on préférera se tourner vers la vue capot qui est imparable. Cette dernière va de surprise en surprise même après plusieurs heures de jeu.

Bien évidemment, Hotshot Racing n’offre pas seulement une impression de vitesse à couper le souffle, mais parvient également à tenir le joueur en haleine en proposant un gameplay parfaitement ficelé mettant notamment en avant les rivalités entre les pilotes. Contrairement à de nombreux jeux du genre, arcades comme simulations, Hotshot Racing propose des adversaires particulièrement agressifs qui n’hésitent pas à taper notre pare-choc arrière pour nous envoyer dans le décor. Cette rivalité entre les concurrents rythme efficacement les épreuves, surtout qu’il est rare de se retrouver en marge du peloton. En effet, les différentes mécaniques du jeu, comme le boost (que l’on peut remplir en exécutant des drifts) ou l’aspiration (votre meilleure arme), permettent de réduire les écarts en quelques secondes seulement. Si vous vous retrouvez nez à nez avec une barrière au second tour donc, ne baissez pas les bras et appuyez à nouveau de toute vos forces sur la pédale d’accélération, tout du moins si vous ne jouez pas dans la plus haute difficulté du jeu, puisque cette dernière sanctionne au moindre faux pas.

Hotshot Racing évite également l’erreur fatale que l’on retrouve régulièrement dans un jeu du genre : une I.A. complètement cheatée qui nous distance dès l’annonce du Top Départ. Les pilotes contrôlés par l’ordinateur sont donc nos semblables, se tirent la bourre et font des accidents. Bien évidemment, on ne retrouve pas non plus de pilote fétiche qui se retrouve constamment sur la première marche du podium. Le seul avantage de l’I.A., parce qu’il y en a quand même un, réside au final dans le timer. Contrairement au nôtre, celui de l’ordinateur ne tombe pas à zéro. Ne vous étonnez donc pas s’il n’y a jamais d’abandon du côté de vos adversaires.

INSERT YOUR COIN !

Ces courses effrénées sont en plus mises en avant par une ambiance qui n’a rien à envier aux productions nées sur bornes d’arcade. Hotshot Racing trouve donc rapidement sa place en proposant des décors somptueux, colorés et animés, qui ne fléchissent jamais face à la multitude d’informations qui s’affiche à l’écran, tout du moins sur PlayStation 4 Pro. En solo, le titre tourne constamment à 60 fps, et le tout reste fluide et joli en multi local contrairement à Xenon Racer qui échoue complètement de ce côté-là.

Mais comme vous le savez sans doute déjà, tout ne passe pas par les graphismes. Hotshot Racing réalise également une magnifique prouesse du côté de son sound-design en proposant par exemple des musiques accrocheuses, un doublage des pilotes qui rythment nos péripéties, et bien évidemment, une voix off qui n’hésite pas à crier nos victoires et le mot « Checkpoint » lorsque l’on ajoute du temps à notre timer. Tous les codes des productions d’antan sont donc respectés à la lettre pour notre plus grand plaisir.

UN CONTENU PARTICULIÈREMENT LÉGER

Malheureusement, il fallait bien un gros point noir à cette production ! Et ce point noir réside bien entendu dans le manque de contenu. Pour se disputer, les joueurs ont le choix entre seize courses qui se découpent en quatre mondes seulement : la Côte, la Jungle, les Alpes et le Désert de Las Vegas. Des mondes qui utilisent bien évidemment des assets communs. De ce fait, ces univers, bien que magnifiques, ne marquent pas vraiment les esprits et se ressemblent un peu. Pour essayer de contrer ce manque de parcours, Hotshot Racing propose plusieurs modes de jeu dont l’indémodable Grand Prix, des épreuves Contre-la-Montre ou les anecdotiques « Gendarmes et voleurs » et « Conduire ou Mourir ».

Cependant, Hotshot Racing se rattrape un peu en proposant aux joueurs d’apprivoiser le comportement de plus de 30 véhicules. Le titre se la joue en plus Pimp My Ride (ou Need For Speed Underground en fonction de vos références) en proposant aux joueurs de personnaliser leurs bolides de la tête au pied. Un ajout bienvenu qui ajoute un peu de durée de vie, surtout que pour débloquer des pièces, il faut engranger de l’argent et remplir certaines conditions.

La Customisation dans Hotshot Racing

Si vous êtes un amoureux des licences d’autrefois donc, on ne peut que vous conseiller de partir parcourir l’asphalte de cet univers coloré et dynamique rendant un parfait hommage à Virtua Racing ou à tous ses pâles imitateurs. Le titre permet de foncer à toute allure, seul ou à plusieurs, dans des environnements magnifiques et de participer à des épreuves mettant en avant la rivalité entre les joueurs. On a jamais l’impression d’être seul sur le circuit, et c’est sûrement grâce à cela qu’Hotshot Racing excelle. Cependant, le jeu de course de Sumo Digital pèche par son manque de contenu. De ce fait, le titre peut vite prendre la poussière au fin fond de votre ludothèque numérique, attendant patiemment l’arrivée de vos amis pour retrouver son heure de gloire.

 

7/10

Test réalisé par Jerome Joffard, merci à l’éditeur pour la copie fournie.

%d blogueurs aiment cette page :